Le cancer, un fléau qui s'étend inexorablement dans le monde

03/02/14 à 13:31 - Mise à jour à 13:31

Source: Le Vif

Le cancer va continuer à s'étendre dans le monde, notamment dans les pays en développement, avec près de 22 millions de nouveaux cas annuels attendus à l'horizon 2030, contre 14 millions en 2012, selon un rapport mondial publié lundi.

Le cancer, un fléau qui s'étend inexorablement dans le monde

© AFP

Malgré des progrès majeurs dans les traitements proposés, les décès devraient eux aussi augmenter, passant de 8,2 millions en 2012 à 13 millions en 2030, alors même que plus de la moitié de ces cancers pourraient être évités "si les connaissances actuelles étaient correctement appliquées".

"Les pays à bas et moyens revenus seront incontestablement les plus touchés car beaucoup d'entre deux sont mal équipés pour faire face à cette escalade du nombre de malades atteints de cancers", souligne Margaret Chan, la directrice générale de l'Organisation mondiale de la santé (OMS) dans son introduction au rapport publié par le Centre international de recherche sur le cancer (CIRC/IARC), une agence spécialisée de l'OMS, basée en France, à Lyon.

Réalisé avec l'aide de 250 experts originaires de 40 pays, le rapport "World Cancer Report 2014" passe en revue les principales données disponibles, au fil de plus de 600 pages.

En 2012, le cancer du poumon arrivait en tête des cancers les plus fréquemment diagnostiqués (1,8 million de cas, soit 13% de l'ensemble des cancers), devant le cancer du sein (1,7 million, soit 11,9%) et le cancer du côlon (1,4 million, soit 9,7%).

Le cancer du poumon est également de loin le plus meurtrier avec 1,6 million de décès en 2012 (19,4% de tous les décès par cancer) devant le cancer du foie (800.000, soit 9,1%) et le cancer de l'estomac (700.000, soit 8,8%).

Et si les hommes sont globalement un peu plus touchés que les femmes (ils représentaient 53 % des cas de cancers et 57% des décès), plus de 60% des cas et 70% des décès surviennent actuellement en Afrique, Asie et Amérique latine, une tendance qui ne devrait pas s'inverser dans les prochaines années.

"Compte tenu de la croissance et du vieillissement de la population, ainsi que du développement de facteurs de risques comme le tabagisme, la situation devrait s'aggraver dans les prochaines décennies, posant un défi majeur aux systèmes de santé dans les pays à bas et à moyens revenus", avertit le directeur du CIRC, Christopher Wild, dans son introduction au rapport.

Nos partenaires