Le binge drinking peut nuire aux capacités émotionnelles

08/11/13 à 10:04 - Mise à jour à 10:04

Source: Le Vif

Le binge drinking, soit l'absorption régulière d'une grande quantité d'alcool dans un court laps de temps, peut avoir des impacts négatifs sur les capacités émotionnelles du buveur et ainsi nuire à sa vie sociale, selon Pierre Maurage, chercheur de l'UCL.

Le binge drinking peut nuire aux capacités émotionnelles

© Thinkstock

Il ressort essentiellement de son étude, qui a fait l'objet d'un communiqué jeudi, que cette pratique est associée à une capacité réduite à identifier les émotions vocales, ce qui handicape la personne dans ses relations interpersonnelles.

Il a déjà été largement démontré ces dernières années que le binge drinking altère de manière marquée et durable le cerveau cognitif, note l'UCL. "D'une part, les binge drinkers présentent une réduction de leurs performances dans des tâches de mémoire, de concentration ou d'inhibition (...). D'autre part, les études en neurosciences ont identifié de nettes altérations du fonctionnement du cerveau dans cette population", indique le communiqué.

La nouveauté de l'étude néo-louvaniste (effectuée en collaboration avec l'Université de Glasgow) concerne l'impact du binge drinking sur d'autres fonctions cérébrales, relatives aux émotions. Les chercheurs ont enregistré l'activité cérébrale de deux groupes, l'un étant composé d'étudiants binge drinkers et l'autre de non-buveurs. Les participants devaient identifier les émotions (peur, colère, etc.) véhiculées par des échantillons sonores de voix humaines. Le groupe des buveurs est sorti largement perdant du test, et leur activité cérébrale s'est montrée plus réduite au sein des zones temporales, spécialisées dans le traitement des voix.

"Etant donné que ces capacités sont essentielles pour conserver une vie sociale épanouie, leur altération pourrait avoir un impact négatif sur les relations sociales et le bien-être des binge drinkers, et même favoriser l'évolution vers l'alcoolo-dépendance", conclut l'étude.

La pratique du binge drinking touche actuellement environ 60 % des 16-25 ans en Europe, selon le communiqué.

En savoir plus sur:

Nos partenaires