Lasagne au cheval : un possible risque sanitaire en Europe

14/02/13 à 13:33 - Mise à jour à 13:33

Source: Le Vif

Le scandale européen de la viande de cheval utilisée à la place du boeuf dans des plats préparés s'est étendu à l'Allemagne avec un premier cas avéré dans des lasagnes surgelées et a pris une dimension sanitaire.

Lasagne au cheval : un possible risque sanitaire en Europe

© Thinkstock

Trois carcasses de cheval provenant d'abattoirs britanniques et contenant des traces de phenylbutazone, un antidouleur potentiellement nocif pour la santé humaine, ont été envoyées en France, a indiqué jeudi le ministre britannique de l'Agriculture David Heath.

Le ministre a précisé que des traces de ce produit avaient été détectées dans huit carcasses testées au Royaume-Uni, dont trois pourraient être entrées dans la chaîne alimentaire en France.

L'agence de sécurité alimentaire (FSA) "travaille avec les autorités françaises pour tenter de sortir la viande de la chaîne alimentaire", a-t-il ajouté.

Auparavant, la chaîne de supermarchés Real, qui compte 316 magasins en Allemagne, avait reconnu que des tests effectués à sa demande sur des lots de lasagnes surgelées de sa marque à bas prix "Tip" avaient révélé la présence de viande de cheval, moins chère que le boeuf, non signalée sur l'étiquette.

Il s'agissait de barquettes retirées dès vendredi dernier des rayons, à la suite d'informations données par son fournisseur, a expliqué le groupe dans un communiqué sur son site internet.

Cette mesure avait été prise "purement par précaution, car à aucun moment un risque pour la santé des consommateurs n'a été détecté", a encore insisté le groupe.

Dénonçant "une sale affaire", "un cas de tromperie claire des consommateurs", la ministre allemande de la Consommation, Ilse Aigner, a souligné jeudi matin l'action rapide de nombreux groupes de distribution qui ont "déjà retiré les produits suspects du marché".

La chaîne de supermarchés Edeka, plus gros distributeur allemand de produits alimentaires, a elle aussi lancé une série de tests sur ses produits, de même que le vendeur de produits surgelés à domicile Eismann ou la chaîne de magasins Kaiser's-Tengelmann.

L'Union européenne a annoncé mercredi soir une campagne de tests ADN dans tous les États membres et une coordination des enquêtes par Europol, à l'issue d'une réunion de crise à Bruxelles.

Outre 2.500 tests ADN à travers toute l'Europe sur les plats au boeuf, l'UE demande aux États de procéder à quelque 4.000 contrôles pour détecter la présence éventuelle de phénylbutazone, un anti-inflammatoire pour les chevaux, qui rendrait la viande impropre à la consommation.

L'office européen de police, Europol, coordonnera, pour sa part, les enquêtes judiciaires dans plusieurs pays de l'UE afin de déterminer comment de la viande de cheval a pu être utilisée à la place du boeuf.

L'affaire, cantonnée dans un premier temps à la Grande-Bretagne et à l'Irlande du Nord, a pris une dimension européenne la semaine dernière avec la découverte de lasagnes de la marque française Findus contenant de la viande de cheval estampillée boeuf. Elles avaient été fabriquées par un sous-traitant français, Comigel.

Outre le Royaume-Uni, la France et l'Allemagne, des traces de viande chevaline ont également été retrouvées en Norvège et en Suisse. Les révélations sur cette affaire, qui pourrait relever de pratiques délictueuses à l'échelle européenne, se poursuivent.

En France, la société Spanghero, l'un des fournisseurs de Findus, a été accusée par le quotidien Le Parisien d'avoir acheté 42 tonnes de viandes de cheval en janvier, alors qu'elle a toujours affirmé ne pas avoir "d'activité à base de produit d'origine équidée".

Le journal a publié le fac-similé d'une facture du 4 janvier à l'entête de la société chypriote Draap Trading adressée à "SPANGHERO VIANDES ELABORE" à Castelnaudary (Aude) mais un représentant de la société française a assuré à l'AFP n'avoir "jamais reçu" cette facture et "ne pas avoir d'explication là-dessus".

En savoir plus sur:

Nos partenaires