La salive d'un séropositif est-elle une arme mortelle ?

25/02/15 à 15:44 - Mise à jour à 15:44

Plusieurs personnes séropositives dans le monde purgent actuellement une peine de prison pour avoir craché sur une autre. Le motif ? Avoir utilisé leur salive comme "arme".

La salive d'un séropositif est-elle une arme mortelle ?

© BELGA

Un Texan séropositif purge en ce moment une peine de 35 ans de prison pour avoir craché sur un policier. L'homme a toujours nié les faits, selon le NY Times. Pourtant, lors de sa condamnation, son crachat a été qualifié comme une "arme mortelle".

En Belgique, un homme avait aussi été condamné à 8 mois de prison pour avoir mordu un policier et craché du sang dans l'oeil d'un autre. Il avait pris soin de préciser qu'il était séropositif, rapportait en 2010 le journal la Dernière Heure.

Plus récemment, en décembre dernier, un Canadien a été condamné à 6.5 ans de prison pour des faits similaires.

Ce genre de condamnation n'est pas un fait rare. Aux Etats-Unis, douze Etats appliquent le même genre de lois où ont déjà condamné des personnes séropositives pour avoir mordu ou craché sur quelqu'un selon le site 8e étage.

Au Nebraska par exemple, depuis 2011, une personne est passible de 1000 dollars d'amende pour mordre ou cracher sur un membre de la sécurité publique. Si la personne est séropositive, la peine peut monter à 10 000 dollars et cinq ans de prison.

Une telle contamination est-elle possible ?

Certains fluides corporels permettent en effet au virus de se transmettre (sang, sperme, lait maternel,...), mais la salive n'en fait pas partie, car le virus y est présent en quantité trop faible, précise la Plateforme Prévention SIDA. De plus, pour qu'il y ait contamination, il faut que le fluide en question entre en contact direct avec une muqueuse, un tissu endommagé ou la circulation sanguine de la personne non-infectée.

Le Center for HIV Law and Policy lutte contre la marginalisation des personnes atteintes du VIH. Selon ce Centre, il n'y a aucune preuve que la mise en place de telles lois contribue à la réduction de la propagation du virus.

En savoir plus sur:

Nos partenaires