La pollution de l'air augmente le risque d'avoir des bébés de faible poids

15/10/13 à 11:48 - Mise à jour à 11:48

Source: Le Vif

La pollution n'affecterait pas que la santé de nos poumons. Selon une étude, la pollution de l'air affecte le développement du foetus qui serait plus petit à la naissance.

La pollution de l'air augmente le risque d'avoir des bébés de faible poids

© Image Globe

La pollution de l'air augmente le risque pour les femmes enceintes de donner naissance à des bébés de petit poids et au tour du crâne diminué, selon une étude européenne sur plus de 74.000 femmes enceintes publiée mardi.

L'exposition de la femme enceinte aux polluants atmosphériques et au trafic routier augmente de manière significative le risque de retard de croissance foetale, y compris à des niveaux bien inférieurs aux niveaux réglementaires des directives de l'Union européenne sur la qualité de l'air, notent les auteurs de ce travail publié dans la revue spécialisée The Lancet Respiratory Medicine.

Les enfants à faible poids, nés à terme, mais pesant moins de 2,5 kg, peuvent faire face à des problèmes respiratoires dans l'enfance et d'autres pathologies plus tard dans la vie (diabète, surpoids, troubles cardiaques). Ces enfants doivent dès lors, être surveillés en permanence tant au niveau alimentaire que médical.

Ce n'est "pas forcément la cause, mais c'est un marqueur de vulnérabilité", souligne Rémy Slama, directeur de recherche à l'INSERM (institut de recherche médicale public), coauteur de l'étude."Plus le niveau d'exposition à la pollution, notamment par les particules fines, est élevé, plus le risque de petits poids de naissance augmentent et plus le périmètre crânien du bébé à la naissance diminue", rajoute-t-il. Un facteur important puisque celui-ci est un indicateur du bon développement du bébé.

L'UE a fixé pour les particules fines un niveau de 25 microgrammes par m3 en moyenne sur l'année. Or, ramener le niveau des particules fines à 10 microgrammes/m3 (valeur cible annuelle de l'OMS) permettrait d'éviter 22 % des cas de bébés de petit poids, estiment ainsi les chercheurs.

Nos partenaires