La consommation de boissons sucrées entraînerait une apparition plus précoce des premières règles

29/01/15 à 15:50 - Mise à jour à 16:12

Source: Belga

Les jeunes filles qui consomment régulièrement des boissons sucrées voient leurs règles arriver plus rapidement, selon des recherches menées par une équipe de la Harvard Medical School.

La consommation de boissons sucrées entraînerait une apparition plus précoce des premières règles

© istock

Boire un portion et demi d'une boisson sucrée par jour suffirait à légèrement avancer les règles des jeunes filles d'environ 2,7 mois, par rapport à celles qui n'en boivent que deux ou moins par semaine. Soit à 12 ans et un peu plus de 9 mois pour les premières, et 13 ans pour les autres. Une portion équivaut à une canette, un verre, ou une petite bouteille de soda, de jus de fruits ou de thé glacé.

C'est la conclusion d'une équipe de chercheurs de la Harvard Medical School de Boston publiée dans la revue Human Reproduction. Ils ont suivi plus de 5500 fillettes âgées entre 9 et 14 ans sur une période de 5 ans en notant leurs habitudes de consommation de boissons sucrées et en prenant compte leur poids de naissance, leur indice de masse corporelle (IMC), leur activité physique, leur taille, la fréquence des repas en famille, la quantité de nourriture ingurgitée,...

Cette étude porte sur la consommation de boissons dans lesquelles du sucre a été ajouté, que ce soit sous la forme de saccharose, glucose, ou encore de sirop de maïs...Les chercheurs ont constaté que les boissons avec des édulcorants ainsi que les jus de fruits, n'avaient pas d'impact significatif que l'apparition des premières règles.

Outre la mise en garde sur les problèmes d'obésité, les conclusions de cette étude sont intéressantes car l'arrivée précoce des premières règles a été liée dans des recherches précédentes au développement de cancers du sein plus tard. Ainsi, une jeune fille ayant ses règles un an plus tôt que la moyenne aura 5% de risque de développer ce type de cancer. Une avance de 2,7 mois a certainement moins d'impact, en concluent les chercheurs.

Encore plus tôt chez les enfants issus de familles défavorisées

Cette corrélation s'explique par le fait que les boissons avec sucres ajoutés ont un index glycémique plus élevé que les boissons naturellement sucrées comme les jus de fruits. Ces boissons augmentent rapidement les concentrations en insuline dans le corps, ce qui peut entraîner une plus forte concentration des hormones. Et quand celles-ci sont suffisamment produites, les premières règles apparaissent. Les scientifiques avancent que de plus amples recherches à ce sujet doivent être menées sur le sujet.

Les scientifiques insistent néanmoins sur le fait que 1 verre et demi par jour est consommé par les enfants issus d'une classe sociale aisée mais que de nombreux enfants plus défavorisés en boivent certainement de plus grands volumes au quotidien. Chez ces enfants, les chercheurs s'attendent à une arrivée des règles encore plus précoce.

Nos partenaires