L'interconnexion de dossiers médicaux entre hôpitaux se développe

23/05/13 à 18:44 - Mise à jour à 18:44

Source: Le Vif

L'échange des documents médicaux informatisés entre médecins et hôpitaux intervenant pour un même patient continue de se développer via la technologie du Réseau santé wallon, qui intègre déjà Bruxelles et inclura fin juin l'ensemble du territoire belge, ont indiqué jeudi les responsables du projet.

L'interconnexion de dossiers médicaux entre hôpitaux se développe

© Thinkstock

Cette intégration, dont profitent déjà 75.000 patients qui ont accepté que leur médecin recoure à cette technologie, permet aux généralistes comme aux spécialistes d'accéder en quelques clics ultra sécurisés aux informations médicales d'un patient débarquant dans n'importe quel hôpital connecté.

Il permet aussi un accès direct du patient à ses documents médicaux, après qu'il en a pris connaissance aux côtés de son médecin. Le patient peut alors voir qui consulte son dossier électroniquement et même empêcher certains médecins de le faire. "Le patient est le gendarme de son propre dossier", a résumé le Dr. André Vandenberghe, directeur du projet, au cours d'une conférence de presse à La Louvière.

Le projet avait été initié au fédéral lorsque Rudy Demotte était ministre de la Santé. Ayant reçu les autorisation de l'Ordre des médecins, de la Commission vie privée, des audits de sécurité externe, le Réseau santé wallon (RSW) a démarré en 2010 et a été reconnu lundi comme "hub" par la commission vie privée.

"Les étapes futures de cette informatisation des dossiers médicaux seraient la prescription électronique, l'intégration des dossiers de médecine scolaire, etc.", selon le Dr. Vandenberghe. "Les hôpitaux wallons avaient décidé de mutualiser les moyens qu'ils avaient chacun reçus du fédéral à l'époque pour les reverser à une asbl qui a développé le projet. Avec l'appui du gouvernement wallon, RSW sert aujourd'hui de modèle technique et conceptuel pour le fédéral", a expliqué le médecin-directeur. L'objectif à terme est de développer un réseau européen.

Les médecins, eux, signent une clause de confidentialité des données et s'engagent à n'y accéder que dans le cadre de la continuité des soins. En arrivant dans un nouvel hôpital, le patient peut ainsi éviter de se voir proposer des examens (coûteux voire invasifs) déjà réalisés par ailleurs. Le dossier est consultable par le patient depuis partout à travers le monde en mode sécurisé.

En savoir plus sur:

Nos partenaires