L'excellence du "Coaching Martinez" en 10 clés

14/07/18 à 08:41 - Mise à jour à 16/07/18 à 10:53

Régulièrement remis en question voire vilipendé avant le mundial, Roberto Martinez fait aujourd'hui l'unanimité. Il est passé du statut de " moyennement sympathique " à celui de gentleman maître d'oeuvre. Quelles sont les clés du meilleur de son approche ? Comment vous en inspirer quel que soit votre secteur d'activité ? Voici ces dix clés pour fédérer en 'mode Martinez' les énergies d'un groupe.Par Jacques Prémont, psychologue clinicien et psychosociologue spécialiste de la personnalité

L'excellence du "Coaching Martinez" en 10 clés

© Belga Image

1. Allez à la pêche aux infos avec un esprit d'ouverture à 360°

Dans la tête de l'entraîneur national, cela fonctionne plutôt bien ! Il fait preuve de capacités d'observation aiguisées. Durant la phase préliminaire d'observation des joueurs, il prend le temps de recueillir de multiples informations sans a priori avec réceptivité, souplesse et curiosité. Il est prêt à se laisser surprendre par ce qu'il capte d'eux.

2. Analysez, prenez de la hauteur puis décidez en âme et conscience

Sur base de cette récolte de données, Roberto Martinez enclenche un processus d'analyse qui se veut logique et objectif. Il se met alors dans sa bulle, prend la hauteur de vue nécessaire et évalue tout ce qu'il a engrangé. Il va conclure en stimulant son esprit de synthèse. Une fois la décision prise, les cris de la rue ou des médias ne le déstabilisent pas.

3. Développez une vision claire, positive et à long terme de votre projet

L'entraineur du groupe des diables est guidé par une vision intérieure très claire de là où il veut aller avec son groupe. Il dispose d'un radar intuitif qui lui indique, en finale de ce triple processus observation/analyse/synthèse, la direction à prendre. Il la poursuit sans dévier en y injectant ses capacités de focalisation et de concentration. Loin d'avoir le nez dans le guidon, il se projette sur le long terme sans se laisser infléchir par la pression des enjeux immédiats ni dénier les difficultés potentielles à venir en fonction des adversaires. Il vise haut et loin en combinant stratégie et réalisme. Chacun sait à quoi s'attendre dans le groupe.

4. Prenez des risques calculés et faites confiance en vos intuitions avec mesure

L'entraîneur Martinez se met intérieurement une certaine pression pour arriver à l'objectif et franchir les caps inéluctables. Il se challenge comme il aime challenger les joueurs. Il se fixe des défis tout en veillant à assurer ses arrières. Lorsqu'il lui arrive de prendre des risques, ceux-ci sont calculés. S'il met en place un nouveau schéma tactique par exemple, il sera fondé sur une analyse paramétrée de la situation. Face à une situation problématique ou en cas de crise, ce n'est pas son style de courir comme une poule sans tête. Il va au contraire disséquer le problème en s'en distanciant afin de redéployer une stratégie qu'il juge plus performante. Pour aller de l'avant, il prend toujours une longueur de recul. Celle-ci lui permet d'imaginer des solutions où s'entremêlent intuition novatrice et analyse rigoureuse.

5. Individualisez vos contacts et prenez en compte la personnalité de chacun

Au niveau relationnel, l'entraineur des diables apparaît de prime abord comme quelqu'un de retenu et d'une grande pudeur. Derrière cette réserve se cache cependant une sensibilité de fond. Il perçoit intuitivement les forces et faiblesses des caractères de chacun. Il en tient compte dans la gestion de son groupe. Il sait se montrer empathique et soutenant avec le joueur qui en a besoin. Il peut interpeller si nécessaire avec une franchise bienveillante.

6. Communiquez loyalement dans la discrétion

Roberto Martinez est fondamentalement quelqu'un d'assertif avec ses proches. Il communique de manière loyale ce qu'il estime important d'exprimer quitte à prendre les devants. Une fois que les choses sont dites, les compteurs sont remis à zéro. Il évite de mettre inutilement de l'huile sur le feu. Il calme le plus souvent le jeu. Il va au front uniquement si cela s'impose. Il n'ira jamais déballer devant les médias ce qui doit rester en interne : s'il faut laver son linge sale, c'est uniquement 'en famille'. Par-contre s'il faut faire la fête, la réserve fait place à la jovialité.

7. Incarnez la force du collectif et ne prenez personne de haut

La conviction qu'"ensemble on est plus fort" n'est pas une vue de l'esprit pour le coach. Elle lui est chevillée au corps. Il valorise la primauté absolue du collectif. Ce n'est pas un discours de surface qu'a installé Roberto Martinez mais un état d'esprit fondateur. Ceux qui la jouent perso et gonflent leur ego ne reçoivent pas leur carte d'entrée dans le cercle des diables. Il cherche à incarner lui-même cette manière d'être en se voulant fédérateur et en faisant partager au groupe une vision et une mission communes. Les enjeux d'image et le besoin de reconnaissance sont à mille lieues de ses préoccupations. Il apprécie de nouer des relations de confiance et de collaborer dans un esprit coopératif où chacun occupe sa juste place tout en soutenant l'architecture de l'ensemble.

8. Générez de la créativité dans le groupe

Le coach national promeut un système de jeu qui valorise le meilleur des qualités de chacun. Quand les joueurs sont bien dans leur match, la créativité est au rendez-vous. Elle devient source de 'magie' comme lorsqu'ils jouent en mode 'Samba' face au Brésil ou en mode 'Samouraï' face au Japon. Des moments inoubliables et quasiment célestes où l'incroyable devient possible. Ces moments rares s'apparentent véritablement à de l'art comme lorsqu'une symphonie ou une chorégraphie nous touchent par leur beauté et leur fluidité indicibles.

9. Traversez et déchiffrez l'échec avant de relancer un nouveau défi

Des millions de belges de tous âges ont retrouvé, durant cette fabuleuse aventure des diables, leur âme d'enfant qui rêve de voir ses mythiques idoles soulever le graal absolu. Alors, quand ce rêve se brise contre les rivaux français un mardi soir en plein coeur de l'été, le choc est rude rappelant à chacun que la magie est éphémère. Suivant la personnalité de chaque supporter s'ensuit tristesse, amertume, humour, colère, détachement, gueule de bois, positivation, ...

Roberto Martinez quant à lui dispose des ressources pour encaisser la frustration et neutraliser les effets des émotions négatives même s'il les ressent. Il prend du recul, intègre l'échec, se concentre sur l'analyse du match et relance la volonté de gagner chez ses joueurs. Il est convaincu que c'est dans l'adversité que l'on donne le meilleur de soi. Il a accordé au match pour la troisième place une importance toute particulière à la hauteur de ses valeurs : se remettre en question, continuer sans cesse à progresser, se montrer loyal jusqu'au bout envers la nation noire, jaune et rouge, inspirer les futures générations, s'inscrire dans une mission à long terme. Le pari a été gagné avec panache.

10. Donnez-vous la mission d'écrire les pages d'une histoire collective novatrice

L'entraineur des diables est un homme de convictions fortes sur lesquelles il ne transige pas. Dans sa vision, un joueur est plus qu'un joueur : il doit être en phase avec les valeurs du bien-commun. Roberto Martinez s'avère ainsi être un vrai professionnel de l'Intelligence collective. Il mise sur la confiance plutôt que sur la peur, sur la responsabilisation plutôt que sur la domination, sur la coopération plutôt que sur l'individualisme, sur l'innovation plutôt que sur les vieilles recettes, sur l'inspiration plutôt que sur l'imposition, sur le travail de fond plutôt que sur les effets de scène. Chemin faisant, il a mis en place les conditions pour que son équipe signe les pages d'époustouflants récits collectifs partagés par tout un peuple sans oublier d'exprimer sa gratitude à tous ceux qui, depuis plus d'une décennie, ont accompagné dans leur voyage l'éclosion des héros de cette génération d'exception.

De Wilmots à Martinez : le jeu des 10 différences

En savoir plus sur:

Nos partenaires