L'émasculation, cette blessure de guerre encore taboue

08/12/15 à 15:08 - Mise à jour à 15:08

Source: Afp

Des chirurgiens américains se préparent à effectuer la première greffe de pénis aux Etats-Unis sur un soldat blessé en Afghanistan, a indiqué le centre hospitalier universitaire Johns Hopkins, ouvrant la voie pour d'autres militaires souffrant de ces blessures souvent tues.

L'émasculation, cette blessure de guerre encore taboue

© iStock

L'intervention sera pratiquée d'ici un an, peut-être avant, a précisé à l'AFP une porte-parole de l'hôpital de Baltimore (est), confirmant des informations du New York Times. Deux de ces greffes ont déjà eu lieu dans le monde, une réussie en Afrique du Sud en 2014 et une autre en Chine en 2006, qui a échoué. De 2001 à 2013, 1.367 militaires américains déployés en Irak et en Afghanistan ont été blessés aux parties génitales, selon des chiffres du Pentagone cités par le journal. La quasi-totalité avait moins de 35 ans et a été blessée par l'explosion d'une bombe artisanale.

"On ne parle pas souvent de ces blessures génito-urinaires", relève le Dr Andrew Lee, chef du service de chirurgie reconstructive à Johns Hopkins, interviewé par le New York Times (NYT). "Ces blessures sont aussi dévastatrices que tout autre traumatisme qu'un soldat peut subir", a-t-il poursuivi, évoquant "le retour de jeunes hommes dans la vingtaine avec la région du pelvis totalement détruite".

Dans le premier cas prévu, celui d'un jeune soldat blessé en Afghanistan, le nouveau pénis proviendra d'un donneur décédé. Les chirurgiens de Johns Hopkins ont précisé au New York Times qu'ils espéraient pouvoir rétablir la fonction urinaire, restaurer les sensations et la capacité d'avoir des rapports sexuels quelques mois après l'opération. Au total, la faculté de médecine de Johns Hopkins a donné son feu vert aux chirurgiens pour procéder à 60 greffes expérimentales de ce type. Elle évaluera ensuite les résultats pour décider si une telle opération peut devenir une procédure courante.

Le Dr Lee met en garde contre des attentes irréalistes des patients qui pourraient penser pouvoir retrouver entièrement les fonctions de leur membre viril. Il a toutefois jugé "réaliste" pour ces hommes d'espérer pouvoir procréer. Dans le premier cas prévu, seul le pénis a été affecté, pas les testicules, a-t-il précisé. De ce fait, s'il parvient à procréer, le soldat sera bien le père de l'enfant.

Les militaires blessés qui auront perdu leurs testicules pourront aussi recevoir une greffe de pénis mais sans pouvoir procréer, précise le médecin. Le jeune Sud-africain greffé en décembre 2014 sera papa d'ici la fin de l'année, ont annoncé ses médecins en juin.

En savoir plus sur:

Nos partenaires