Grossir par plaisir, mais qu'est-ce que le feederisme?

10/01/14 à 10:29 - Mise à jour à 10:29

Source: Le Vif

Corps bodybuildés et tailles de guêpes ? Pouah ! Les feedees n'ont qu'un but : prendre du poids par plaisir. Avec l'aide d'un feeder qui adore les engraisser. Une relation dangereuse ?

Grossir par plaisir, mais qu'est-ce que le feederisme?

© Thinkstock

"Je me suis inscrit sur ce forum en espérant recevoir des témoignages et des conseils pour atteindre ce doux rêve qu'est l'obésité." Sur Internet, on connaissait les pro-ana, ces filles (en majorité) qui se donnent des conseils pour s'enfoncer dans l'anorexie. L'inverse existe : le feederisme. Ce mouvement qui réunit, entre autres, les obsédés de la nourriture et ceux qui souhaitent prendre du poids par "plaisir" (les gainers). Celles ou ceux qui aiment qu'une autre personne les fassent grossir (les feedees) ou qui adorent nourrir leur partenaire (les feeders).

Fantasy Feeder, Growing Larger, BiggerCity.com, Feedee fat, Amy's World... Les sites et les forums de discussion se multiplient. Les participants se donnent des conseils "diététiques" pour atteindre le poids rêvé plus facilement. Ce sont surtout des lieux de contact pour favoriser la rencontre entre les feeders et les feedees. Pas si évident si l'on s'en réfère au fort pourcentage de profils masculins sur le site. "C'est rare de voir les gens en couple", confirme Alex (1), 24 ans, fat admirer, feedee et feeder (lire le lexique ci-dessous).

C'est pour ça qu'il a décidé de fonder le site Feedeefat : un forum francophone consacré à cette "passion" et qui compte aujourd'hui 367 membres dont "une quarantaine de très actifs", dixit le jeune homme. "Rien à voir avec ce qu'il se fait aux USA, au Canada, ou même en Grande-Bretagne : ça commence à prendre mais on est en retard. Le regard de la société dans ces pays est moins vexant, moins lourd concernant le surpoids et l'obésité."

Comme la plupart des membres, Alex a été attiré par la nourriture et par les femmes rondes très jeune. Ado, il est tombé dans l'obésité et a atteint 110 kg à 14 ans. Sous la pression familiale et les moqueries des camarades il a finalement décidé de maigrir. "J'ai été obligé de perdre du poids. Puis je suis devenu anorexique. Il y a quelques années, j'ai décidé d'assumer." En partie. Car le Français tient quand même à rester anonyme. Et ni sa famille ni même sa petite amie ne sont au courant de sa lubie. "Je ne vais pas la forcer à manger, ça se fait plus naturellement. Quand elle dit qu'elle a grossi, je lui dis que je l'aimerai toujours. J'essaye de minimiser la chose. Je n'ai pas encore trouvé mon alter-ego."

"C'est comme commanditer un assassinat"

Bien dans leurs baskets, les feedees et les gainers ? Plutôt, à examiner les commentaires sur les forums. Les personnes en surpoids ne sont pourtant pas souvent épanouies. Barbara Lembo, psychologue spécialiste des troubles du comportement alimentaire n'en a pas croisé souvent. "J'ai rencontré une femme qui souhaitait maigrir pour des raisons de santé mais qui se sentait bien comme elle était." Le concept inquiète en tout cas Jean-Paul Allonsius, ancien président de l'association belge de patients obèses Bold qui souffre d'obésité morbide. "Epanoui ? A force d'être stigmatisé, montré du doigt, on se dit ''prenez moi comme je suis''. Mais dès qu'il y a prise de poids anormale, c'est un appel à l'aide. L'obésité est une maladie", s'emporte-t-il.

Les dérives existent. Le rapport feedee-feeder reste celui du dominé-dominant, comme dans une relation sadomasochiste. Certaines vidéos sur Internet montrent, par exemple, des femmes complètement gavées engloutissant de la nourriture via des tuyaux dans le but de faire le buzz et donc de l'argent. "Il y a des risques d'excès. Comme dans n'importe quelle pratique sexuelle. Le feederisme, c'est avant tout l'amour des formes et des rondeurs, et le goût de les engendrer chez le/la partenaire. Qui dit amour dit tendresse et douceur", témoigne Tjalmar, jeune français de 23 ans via un forum. "Que des hommes aiment les grosses, d'accord ! Mais les pousser à s'enfoncer dans la maladie et les conduire à la mort, non ! alerte Jean-Paul Allonsius. Selon moi, c'est comme commanditer un assassinat..."

D'après une étude internationale publiée dans la revue scientifique médicale britannique The Lancet, l'obésité aurait tué 3,4 millions de personnes dans le monde en 2010. En Belgique, 14 % de la population souffre de ce fléau.

(1) Prénom d'emprunt

Le feederisme pour les nuls

Fat admirer : aime les femmes (et hommes) rond(e)s.

Gainer : aime manger pour grossir.

Feeder : aime pousser quelqu'un à manger.

Feedee : aime que quelqu'un le pousse à manger.

Par Jacques Besnard

En savoir plus sur:

Nos partenaires