Être jaloux, c'est permis !

11/10/15 à 11:57 - Mise à jour à 12:04

Source: Bodytalk

La jalousie a mauvaise presse. On la juge au mieux pathétique, au pire minable, ceux et celles qui s'y adonnent passant pour des complexés suspicieux et dépourvus d'estime de soi. Mais l'historienne et philosophe Giulia Sissa, chercheuse au CNRS et professeur à l'Université de Californie à Los Angeles, a entrepris de la réhabiliter. * Pour elle, la jalousie n'est pas une émotion honteuse, mais une passion salutaire.

Il en faut du courage pour défier "l'interdit de jalousie" qui pèse sur les couples modernes ! "La faute en est d'abord aux innombrables lieux communs qui pourrissent notre compréhension de la jalousie, affirme Giulia Sissa. On dit qu'elle relève de l'envie, de la possessivité, du narcissisme, qu'elle s'explique par un sentiment d'insécurité ou un caractère méfiant et mesquin, et surtout qu'elle est une maladie de l'imagination. Or, il n'en est rien. Si certains peuvent évidemment souffrir de paranoïa, la plupart des jaloux sont des réalistes, qui éprouvent 'l'étreinte de la douleur', comme disait Marcel Proust, dans une situation actuelle et vécue. Un événement se produit, un comportement se répète, on souffre à cause de la perte, probable ou avérée, d'un objet d'amour, on devient jaloux, on perd confiance."
...

Vous souhaitez continuer à nous lire?

Inscrivez-vous afin de pouvoir lire 4 articles gratuits par mois.

Nos partenaires