Êtes-vous le père de votre enfant ?

12/06/13 à 10:41 - Mise à jour à 10:41

Source: Le Vif

Au moins 100.000 Belges auraient un autre père que le leur. Autrement dit : l'homme qu'ils avaient toujours considéré comme leur père n'est, en réalité, pas leur père biologique. Les tests ADN pourraient bien changer la donne.

Êtes-vous le père de votre enfant ?

© Thinkstock

Combien sont-ils exactement ? Personne ne le sait. Selon une estimation prudente de la KU Leuven, il s'agirait d'un pourcent de la population. En réalité 5 ou 10 % des Belges pourraient bien être un bâtard ou un enfant coucou pour sa version plus poétique.

Pour Ralf Vermeulen, biotechnologue, il est impensable qu'à l'époque actuelle il y ait encore autant d'hommes qui prennent en charge l'éducation d'un enfant qui n'est pas le leur ou vivent dans le doute. "Beaucoup de gens ne semblent pas encore savoir qu'il est possible, discrètement et sans faire appel à la justice, de faire des tests ADN. Ils pensent qu'ils doivent impérativement demander l'accord de la mère pour cela ". Vermeulen est aussi l'administrateur délégué d'un petit laboratoire spécialisé dans l'analyse ADN. Ce test est loin d'être anodin, les résultats peuvent chambouler des vies. Ralf Vermeulen peut en témoigner avec quelques cas qui l'ont marqué. " Cet homme qui avait demandé une analyse du bébé de sa maîtresse. Elle jurait qu'il était de lui, mais les résultats ont prouvé le contraire. Quelque temps plus tard sa femme tombe elle aussi enceinte. Les résultats révèleront qu'il n'était pas plus le père du bébé. Le voir comme çà, hagard, dans le couloir..." Ou encore ce dentiste de 54 ans qui pensait être stérile. " Sa femme, beaucoup plus jeune que lui, tombe inopinément enceinte. Il a un doute, mais au fond de lui il espère un miracle. Du coup il ne dit rien et attend l'accouchement, les félicitations d'usage et file dans mon laboratoire. Deux jours d'angoisse plus tard, je l'appelle pour lui annoncer que l'enfant n'est effectivement pas de lui. Ce genre d'histoire reste humainement difficile, mais ces gens veulent savoir. Après tout, c'est pour cela qu'ils viennent me voir. "

Jean-Paul Mulders / Trad ML

Nos partenaires