Don du sang : "La Croix-Rouge discrimine les homosexuels"

03/12/13 à 13:55 - Mise à jour à 13:55

Source: Le Vif

Michiel Vanackere, le porte-parole du mouvement LGTB flamand et bruxellois "Wel Jong Niet Hetero", n'admet pas que les hommes homosexuels n'aient pas le droit de donner leur sang. Le jeune homme a effectué trois dons de sang en mentant sur son orientation sexuelle.

Don du sang : "La Croix-Rouge discrimine les homosexuels"

© Thinkstock

Vanackere estime que la Croix-Rouge exclut toute une frange de la population sur base de l'orientation sexuelle et accuse l'organisation de discrimination. Selon lui, le comportement sexuel à risque devrait déterminer si une personne entre en ligne de compte pour le don du sang et non pas le choix du partenaire d'alcôve. "La Croix-Rouge déclare que 80 pour cent des hommes homosexuels changent régulièrement de partenaire. C'est vrai, et il n'y a rien de mal à ça, mais elle ferait mieux d'insister davantage sur ces partenaires plutôt que sur l'homosexualité en soi" a-t-il déclaré dans le journal De Morgen.

Même s'il admet que les homosexuels présentent un risque plus élevé d'infection du VIH et que la Croix-Rouge a le droit de discriminer quand il s'agit de santé, le porte-parole du mouvement LGTB estime que les arguments avancés ne tiennent pas et espère que la société de secours modifiera ses règles pour se focaliser davantage sur le comportement sexuel dans ses questionnaires.

Philippe Vandekerckhove, administrateur délégué de la Croix-Rouge flamande, a exprimé son indignation suscitée par le comportement du jeune homme dans le magazine étudiant Veto : "C'est totalement inacceptable. Ce n'est pas aux personnes qui donnent leur sang d'imposer les règles du jeu.

Vandekerckhove souligne que l'exclusion des hommes ayant des rapports sexuels avec d'autres hommes n'a pas été édictée sans raison. "Quatre-vingts pour cent des hommes sexuels changent fréquemment de partenaires. Un sur vingt est porteur du VIH alors que pour la population générale la proportion est d'un sur mille. Et la sodomie augmente les risques d'infection du VIH".

Nos partenaires