De moins en moins de viande dans les assiettes des Belges

30/05/14 à 14:47 - Mise à jour à 14:47

Source: Le Vif

En 2013, la consommation de viande fraîche à domicile a diminué de 3% en Belgique, révèle une étude effectuée récemment par GfK Panelservices pour le VLAM, l'Office flamand d'agro-marketing. La chute atteint même 4,4% si l'on exclut la volaille et le gibier.

De moins en moins de viande dans les assiettes des Belges

© istock

Avec 20,7 kg de viande en moyenne par personne contre 21,6 un an plus tôt et 23,7 en 2008, la tendance est à la baisse depuis plusieurs années. "Les Européens mangent effectivement de moins en moins de viande, mais la consommation mondiale est en croissance", a réagi vendredi Thierry Smagghe, l'administrateur délégué de la Fédération belge de la viande (FEBEV).

Grande exportatrice de viande, en ce compris vers les marchés en hausse russe et chinois, la Belgique ne souffre pas trop de l'étiolement des ventes sur son territoire. "On exporte deux tiers de nos porcs", relève-t-il. "Bien sûr, c'est plus sympa de vendre sur son propre marché, d'autant plus que la qualité de nos produits est très élevée." Il souligne aussi que les Belges continuent à privilégier les produits locaux.

Toutes les viandes fraîches reculent, à l'exception de la volaille, du gibier et des mélanges tels que le haché et les saucisses. Le boeuf (-7,9%) et le porc (-6,1%) sont les plus grands perdants. En 2013, 99% des familles ont acheté de la viande, en moyenne 58 fois, pour une dépense totale de 289,9 euros par personne. La consommation de produits de la mer (-9%) et de substituts végétariens (-4,5%) a également baissé.

Selon l'étude, le déclin du marché de la viande est principalement imputable à la crise économique. Le pourcentage de familles amatrices de chair animale reste stable, mais la fréquence et le volume d'achat fléchissent. L'enquête montre encore que de plus en plus de Belges se fournissent en viande fraîche auprès des magasins hard discount (environ 10% du volume vendu).

Pour Thierry Smagghe, le végétarisme ne constitue pas une réelle menace pour le secteur. "Les gens jettent moins, ils consomment de façon plus raisonnable" mais la viande "garde une bonne place dans notre alimentation".

En savoir plus sur:

Nos partenaires