Ces échographies 4D montrent les méfaits de la cigarette sur le foetus

24/03/15 à 12:07 - Mise à jour à 12:31

Source: Belga

Des échographies dévoilées par l'hôpital universitaire James Cook de Middlesbrough en Grande-Bretagne montrent l'effet néfaste de la cigarette sur le développement du foetus.

Ces échographies 4D montrent les méfaits de la cigarette sur le foetus

Echographie d'un foetus d'une mère fumeuse. © DR

Une nouvelle étude anglaise dévoile les méfaits de la cigarette sur le foetus pendant la grossesse. Le médecin Nadja Reissland de l'hôpital universitaire James Cook de Middlesbrough a analysé plusieurs échographies en 4D de femmes enceintes pris à différents moments du développement du foetus, soit à 24, 28, 32 et 36 semaines.

" Les résultats sont très parlants", raconte la spécialiste au journal The Independent. Les bébés dont la mère fume touchent leur visage beaucoup plus souvent. "C'est normal que les foetus bougent leur bouche et d'autres parties de leur corps pendant leur développement utérin. Cependant, en grandissant, le bébé en devenir acquière de plus en plus de contrôle de ses mouvements et bougent beaucoup moins" explique-t-elle. Les futurs bébés dont la mère fume continuent de porter leurs bras à leur visage. Selon la médecin anglaise, cela signifie que leur processus de développement est ralenti.

"Mais il faut plus de recherches à ce sujet", insiste la médecin. Elle plaide d'ailleurs pour un meilleur accompagnement des mères qui fument en lieu et place de simplement les diaboliser. "Les résultats de cette étude peuvent être utilisés pour encourager les mères fumeuses à arrêter", ajoute le docteur Reissland.

Différentes études ont montré que fumer pendant la grossesse augmentait les chances de fausse-couche. Malgré ce risque, une femme enceinte sur 10 continue de fumer. "Dans ce domaine, les statistiques sont souvent sous-évaluées, on peut dès lors évaluer à 7000 le nombre de femmes qui fument pendant leur grossesse avec tous les risques de mort, de retard de développement et de perturbations que cela entraîne ", avance le gynécologue Hendrik Cammu du centre d'études d'épidémiologie périnatale de l'UZ Brussel.

Nos partenaires