Ce qu'il faut savoir sur le virus MERS

08/06/15 à 16:10 - Mise à jour à 16:07

La Corée du Sud est actuellement touchée par une épidémie de coronavirus MERS. Il s'agit de la propagation la plus importante en dehors de l'Arabie Saoudite, où la plupart des cas sont recensés habituellement.

Ce qu'il faut savoir sur le virus MERS

La Corée du Sud compte actuellement 87 patients contaminés par le virus MERS, dont six sont décédés. © AFP

MERS est un coronavirus responsable du syndrome respiratoire du Moyen-Orient ou Middle East Respiratory Syndrome (MERS). Les coronavirus (virus en forme de couronne) humains sont essentiellement responsables d'infections respiratoires, de sévérité variable et parfois associés à une gastroentérite, car ils s'implantent sur les cellules pulmonaires, rénales, de l'intestin grêle et du système immunitaire.

Le premier cas a été recensé en 2012, à Jeddah en Arabie Saoudite. MERS infecte la plupart du temps (96 % des cas) des personnes ayant des pathologies associées comme de l'hypertension artérielle, des maladies cardiaques chroniques, des insuffisances rénales chroniques ou encore du diabète.

Les premiers symptômes sont de la fièvre, des troubles digestifs tels que des vomissements et des diarrhées, mais aussi des signes d'insuffisance respiratoire.

Le taux global de mortalité du patient est de 37 %. Parmi les personnes infectées, près de 66 % seraient des hommes. La Corée du Sud compte actuellement 87 personnes infectées, dont six cas mortels. La Belgique n'a pas encore été atteinte par le virus, contrairement à la France qui recensait deux cas en 2013. 85 % des cas de MERS comptabilisés provenaient d'Arabie Saoudite dont de nombreux cas sont associés à un contact direct ou indirect avec des dromadaires. Plusieurs études ont d'ailleurs prouvé la présence élevée d'anticorps dans les échantillons de sérums des camélidés, preuve de leur infection par le virus.

Pourtant, la majorité des cas de contaminations de sont faits "d'homme à homme", souvent via un contact en milieu hospitalier. Le non-respect des règles sanitaires au sein des hôpitaux serait donc en partie responsable de la propagation du coronavirus.

Il est conseillé d'être vigilant, surtout chez les personnes revenant d'un des pays infectés et qui présentent, dans une période de moins de 14 jours, des symptômes de détresse respiratoire, de la fièvre à 38 °C ainsi que de la toux.

Il n'existe pour le moment aucun traitement antiviral ni de vaccin. L'OMS s'attend à ce que de nouveaux cas de MERS apparaissent, notamment au Moyen-Orient et juge possible que les touristes et voyageurs puissent contracter le virus après avoir été exposés à un dromadaire ou une personne infectée.

L.V.

En savoir plus sur:

Nos partenaires