Après le rachat de Monsanto, Bayer promet la "transparence" sur le glyphosate

02/03/18 à 20:37 - Mise à jour à 20:37

Source: Afp

Une fois que le rachat de l'Américain Monsanto sera effectif, le groupe de pharmacie et agrochimie allemand Bayer compte être "transparent" sur "tous les produits phytosanitaires" y compris l'herbicide glyphosate, a déclaré vendredi à l'AFP le président de Bayer France, Frank Garnier.

Après le rachat de Monsanto, Bayer promet la "transparence" sur le glyphosate

© DR

"Nous sommes le premier groupe agrochimique à avoir mis en ligne les résumés de nos études concernant tous nos produits phytosanitaires, avec le site transparency.com lancé en décembre 2017", a déclaré M. Garnier au cours d'un entretien accordé dans le cadre du salon de l'Agriculture à Paris.

"Notre intention est d'utiliser la même transparence dans l'avenir sur le dossier du glyphosate, car nous avons la volonté d'effacer la controverse et de parvenir à un débat sociétal serein: dès que nous aurons racheté Monsanto, je n'imagine pas que nous ne puissions pas être transparents sur le dossier du glyphosate", a-t-il affirmé.

Le groupe allemand estime que le rachat de 100% du géant américain des pesticides et des OGM sera effectif "dans le courant du deuxième trimestre" 2018, soit avant la fin juin. L'opération, qui vient d'obtenir un feu vert des autorités de régulation brésiliennes, attend "d'ici le 5 avril" l'avis de la Commission européenne, ainsi que celui du ministère de la Justice américain, a dit M. Garnier.

Pour convaincre les autorités de régulation et éviter les situations monopolistiques, Bayer s'était engagé en octobre à céder au groupe BASF ses activités de recherche, production et commercialisation liées aux semences de colza, soja et coton, représentant près de 6 milliards d'euros, et employant quelque 1.400 salariés au niveau mondial, a rappelé M. Garnier.

Début février, Bayer a proposé de nouvelles concessions afin de dissiper les inquiétudes sur des doublons éventuels, qu'il a précisées ce mercredi en proposant d'abandonner "l'ensemble de son activité de semences de légumes" (Nunhems), portant sur un chiffre d'affaires de 460 millions d'euros au niveau mondial, a dit M. Garnier.

"A cela peuvent s'ajouter la vente ou la concession de licences dans d'autres activités de Bayer ou Monsanto", avait précisé Werner Baumann, patron du groupe allemand dans un communiqué mercredi.

Nos partenaires