A la recherche de nouveaux antibiotiques

12/02/14 à 19:40 - Mise à jour à 19:40

Source: Le Vif

L'Université de Liège (ULg) a annoncé mercredi qu'elle était la seule université belge à faire partie du consortium ENABLE, un projet de recherche européen de 85 millions d'euros qui a pour but de découvrir de nouveaux antibiotiques.

A la recherche de nouveaux antibiotiques

© Image Globe

Ces 30 dernières années, seules deux nouvelles classes d'antibiotiques ont pu être lancées sur le marché. Développer de nouveaux antibiotiques n'est pas simple et se heurte souvent à des obstacles cliniques, scientifiques et financiers importants.

Pourtant, le besoin est criant car la résistance bactérienne aux antibiotiques est de plus en plus forte et cause à la fois des problèmes sanitaires (25.000 décès par septicémie sont recensés en Europe chaque année) et de coûts (augmentation de 1,5 milliard d'euros du coût du traitement). Actuellement, il devient urgent de pouvoir traiter les infections produites par les bactéries dites "à Gram négative", comme E-coli, dont la résistance aux antibiotiques augmente rapidement.

Raison pour laquelle la Commission européenne et de grandes sociétés pharmaceutiques ont lancé un programme comportant différents projets pour développer de nouveaux antibiotiques. ENABLE (European Gram-Negative Antibacterial Engine) fait partie de ces projets et regroupe 34 partenaires au sein de 13 pays. Parmi eux, la seule université belge est l'ULg et plus particulièrement son Centre d'ingénierie des protéines, qui travaillera en étroite collaboration avec l'Université d'Oxford. Leur but: étudier les interactions moléculaires entre des dérivés de la lactivicine (une sorte d'antibiotique) et une classe d'enzymes bactériennes appartenant à la famille des PBPs (Penicillin Building Proteins). L'objectif du projet ENABLE, qui bénéfice d'un budget de 85 millions d'euros, est d'aboutir d'ici 2019 à l'identification de nouveaux composés actifs qui pourront être testés en phase clinique.

Nos partenaires