A chaque mal son remède naturel

07/06/15 à 18:06 - Mise à jour à 18:06

Source: Le Vif/l'express

Les médicaments de synthèse ont mauvaise presse. La solution ? Les moyens plus naturels, tels les plantes et les épices. On redécouvre qu' ils sont un complément indispensable de la médecine allopathique et qu'ils ont fait leurs preuve dans la lutte contre les maux les plus courants.

A chaque mal son remède naturel

© iStock

Sorti en 2012, le Guide des 4000 médicaments utiles, inutiles et dangereux (éd. du Cherche-Midi) a jeté un pavé dans la mare. Ses auteurs - Bernard Debré, chirurgien et député UMP, et Philippe Even, pneumologue - s'y sont attaqués aux inefficacités du système pharmaceutique français. "Trop de molécules sans intérêt, voire nocives, sont tolérées sur le marché français et remboursées, notamment pour protéger l'industrie pharmaceutique hexagonale et plomber les comptes de la sécurité sociale", dénonçaient-ils, en proposant une liste de 58 médicaments à suspendre immédiatement. En Belgique, "l'affaire" a été vite relayée. Le site sudinfo.be publiait une liste de 26 médicaments, vendus aussi chez nous, et jugés "dangereux ou nocifs". De son côté, Test-Achats en étiquetait 113 "à utilité contestable" (à consulter sur www.tests-achats.be). Plus récemment, un médicament contre les nausées et vomissements, contenant de la dompéridone, s'est retrouvé dans le collimateur lui aussi car il augmenterait le risque de trouble du rythme cardiaque et de mort subite. Disponible en vente libre et très largement utilisé, il est désormais soumis à la prescription médicale.

Les médicaments de synthèse sont-ils vraiment dangereux ? Faut-il les diaboliser ? Et peut-on les mettre, tous, dans le même sac ? "Les médicaments s'inscrivent toujours dans un contexte : une molécule est donnée à un patient avec une pathologie, un âge, des antécédents qui permettront au médecin d'en estimer les bénéfices au regard des risques, analyse le Dr Bernard Dengis, médecin généraliste à Liège. Je vous donne deux exemples. Parmi les 26 médicaments repris dans la liste, figure un traitement anti-ostéoporose. Il est exact qu'il présente un risque vasculaire, mais il cible une population très précise, des personnes âgées de plus de 80 ans, vivant en maison de retraite. L'autre exemple concerne deux médicaments prescrits pour le sevrage tabagique. L'un d'eux appartient à la classe des antidépresseurs, comporte de nombreux effets indésirables et n'est pas exempt de risque cardiaque. Ces traitements, non remboursés, sont prescrits chez des patients motivés et en l'absence de contre-indications. Utilisés à bon escient et avec prudence, ils ont leur place dans l'arsenal thérapeutique. Evaluer l'intérêt d'un médicament est toujours une balance entre le bénéfice et le risque. C'est notre rôle de mesurer ce risque. Nous sommes pleinement responsables de ce que nous prescrivons."

La "chimie de la nature" : un bon plan

Sans être "anti-chimie", il est préférable de réserver la molécule de synthèse à des indications sévères et urgentes. Pour traiter certains troubles, des alternatives validées par la science existent. Les plantes et les épices procurent de réels effets positifs sans effets secondaires et constituent une fantastique pharmacie à notre disposition. Les plantes sont efficaces et peuvent jouer un rôle formidable, notamment pour soigner tout ce que l'on appelle les troubles fonctionnels : troubles du sommeil, de la digestion, la déprime et le mal-être en général. On peut aussi les utiliser pour renforcer les défenses immunitaires et prévenir certaines maladies. Leur utilisation évite de consommer des médicaments puissants qui n'ont rien à avoir avec un "traitement raisonné". L'essentiel est d'éviter l'automédication et de ne pas oublier qu'il faut toujours respecter les précautions d'emploi. Se soigner naturellement ne dispense pas de rendre visite à son médecin et de prendre conseil auprès de son pharmacien.

Le dossier dans Le Vif/L'Express de cette semaine : quelles plantes à utiliser comme :

- anti-inflammatoires

- anti nausées et vomissements

- antibiotiques

- anti mauvais cholestérol

- antidépresseurs, antistress et anti-insomnies

En savoir plus sur:

Nos partenaires