Sans-abri - Le dispositif hivernal n'a pu être mis en place mercredi

20/11/13 à 21:28 - Mise à jour à 21:28

Source: Le Vif

(Belga) Le dispositif hivernal pour les SDF de la capitale n'a pu être mis en place mercredi, contrairement à ce qu'avaient annoncé lundi les ministres Grouwels et Huytebroeck, à l'issue d'une réunion avec le Samusocial et le CPAS de la Ville de Bruxelles. Selon le cabinet de Mme Grouwels, il manque la signature du CPAS de la Ville de Bruxelles sous la convention qui permet au Samusocial de lancer l'opération. Le président du CPAS Yvan Mayeur lie ce report, selon lui de quelques heures, à une "précipitation" de la part des ministres, le projet de convention étant incomplet sur deux points par rapport à ce qui avait été négocié.

Sans-abri - Le dispositif hivernal n'a pu être mis en place mercredi

Pour Mme Grouwels, le Samusocial a la garantie de disposer des moyens financiers pour lancer le dispositif. Le président du CPAS de la Ville de Bruxelles Yvan Mayeur a soumis mercredi à l'ensemble du Conseil de l'Aide sociale la demande d'octroi d'une avance de 500.000 euros sollicitée par les ministres de la Commission Communautaire Commune qui a été acceptée. Le CPAS de Bruxelles s'est réjoui à cette occasion du fait d'être "enfin reconnu comme partenaire du plan hiver" de la Région, alors qu'il met à la disposition du Plan Hiver des bâtiments et outils depuis plusieurs années. Il a toutefois dit craindre que cette reconnaissance ne soit fondée que par l'impréparation de la CCC notamment sur le plan financier "puisque, le CPAS de Bruxelles doit assurer l'avance de trésorerie au Samusocial jusqu'en janvier". Le CPAS de Bruxelles s'est par ailleurs dit préoccupé par le courrier des ministres laissant supposer que le budget de la CCC ne prévoit soit pas de budget de fonctionnement ordinaire du Samusocial pour 2014, soit pas de budget pour l'hiver 2014-2015. Interrogé mercredi soir, le président du CPAS Yvan Mayeur a ajouté avoir renvoyé à la CCC le projet de convention dûment complété. "Il est hors de question de laisser les gens en rue, mais nous ne voulons pas être les otages de la légèreté des ministres", a-t-il conclu. (Belga)

Nos partenaires