SAC: Moureaux critique l'abaissement de l'âge, de 16 à 14 ans

11/06/13 à 13:17 - Mise à jour à 13:17

Source: Le Vif

(Belga) La Commission de l'Intérieur du Sénat a adopté mardi un morceau du vaste réaménagement des sanctions administratives communales, qui a trait à l'âge des mineurs dans le cadre de dispositifs de protection de la jeunesse. Marquant son inquiétude vis-à-vis de l'abaissement, de 16 à 14 ans, de l'âge pour d'éventuelles sanctions, le président de la Commission Philippe Moureaux (PS) s'est abstenu, alors que l'opposition écologiste a, sans surprise voté contre.

Les écologistes auraient souhaité que le Sénat évoque le projet de loi sur les sanctions administratives communales mais, esseulés, ils n'ont pas trouvé de soutien pour qu'il en soit ainsi. Le projet de loi de la ministre de l'Intérieur Joëlle Milquet a donc été définitivement adopté par la Chambre. Les Verts ont cependant profité mardi de l'examen du projet de loi sur la protection de la jeunesse pour relancer la discussion, le débat faisant rage avec la ministre qui a rappelé que des bourgmestres écologistes appliquaient les sanctions administratives, parfois drastiquement. Les Verts ont souligné que leur principal grief était l'abaissement de l'âge à 14 ans. Alors qu'hormis "deux ou trois objections", le président de la Commission Philippe Moureaux juge le projet des SAC "intéressant", ce dernier conteste également cet abaissement de l'âge, un geste qui l'a conduit à s'abstenir mardi sur le texte examiné au Sénat. "Je crains une spirale qui conduit, déjà aujourd'hui, à cibler la jeunesse, que l'on présente comme dangereuse et à l'origine des maux de la société", a-t-il dit. Globalement, Joëlle Milquet a pour sa part admis avoir dû prendre certaines dispositions qui en principe sont du ressort de la Justice. "Hélas, la Justice n'a plus les moyens. Il s'agit ici de solutions alternatives qui, normalement, n'auraient pas dû exister. J'ai apporté une réponse raisonnable", a-t-elle dit. C'est effectivement, une "petite justice communale", a dit Philippe Moureaux. (Belga)

Nos partenaires