Rwanda: le président d'un parti d'opposition dans un état de santé "préoccupant"

31/08/13 à 12:43 - Mise à jour à 12:43

Source: Le Vif

(Belga) Une coalition de partis d'opposition rwandais, le Conseil national pour le Changement démocratique (CNCD) a exprimé samedi, à deux semaines d'élections législatives au Rwanda, ses inquiétudes sur l'état de santé "préoccupant" du leader emprisonné du Parti social Imberakuri, Bernard Ntaganda, président de la seule formation d'opposition légalement enregistrée au pays des Mille Collines outre le Parti démocratique vert.

Selon des renseignements dignes de foi, l'état de santé de M. Ntaganda, "malade et non assisté médicalement", s'est "sérieusement dégradé", d'autant plus que les conditions de détention au Rwanda restent précaires, a indiqué le CNCD dans un communiqué adressé depuis Lyon (France) par son secrétaire général et porte-parole, Eugène Ndahayo, à l'agence BELGA. M. Ntaganda n'est pas traité avec dignité et humanité, contrairement aux règles et normes humanitaires internationales et aux règles minimales pour le traitement des détenus, dénonce le texte. Le CNCD indique aussi avoir appris de source indépendante et fiable que l'administration pénitentiaire a reçu l'ordre d'interdire toute visite à M. Ntaganda. "Ni les membres de sa famille proche, ni les amis, ni les responsables de son parti ne peuvent plus lui rendre visite. M. Ntanganda est également interdit d'approvisionnement en vivres frais en provenance de l'extérieur auquel ont droit les autres prisonniers", ajoute M. Ndahayo. Selon les mêmes informations, le président du PS Imberakuri a entamé une grève de la faim le 16 août. M. Ntaganda a été arrêté en juin 2010 et est actuellement incarcéré à la prison de Mpanga, dans la province du Sud pour des motifs politiques. Il a été condamné à quatre ans de prison en 2011 pour atteinte à la sécurité de l'Etat, appel à la division ethnique et organisation d'une manifestation non autorisée. Des élections législatives doivent se tenir le 16 septembre au Rwanda, où le pouvoir est depuis juillet 1994 aux mains du Front patriotique rwandais (FPR) du président tutsi Paul Kagame, qui a mis fin au génocide ayant fait quelque 800.000 morts, selon l'ONU. Lors du dernier scrutin législatif, le FPR avait raflé 78% des 80 sièges. (Belga)

Nos partenaires