Roumanie: des morts "ont voté" au référendum sur la destitution

09/09/12 à 22:14 - Mise à jour à 22:14

Source: Le Vif

(Belga) Le procureur roumain anticorruption Daniel Morar a déclaré dimanche que l'enquête ouverte pour fraude lors du référendum sur la destitution du président Traian Basescu, tenu le 29 juillet, montrait que des personnes décédées apparaissaient comme ayant voté dans certains bureaux.

"D'après les premières investigations, en vérifiant les bases de données, il est apparu que des personnes décédées figuraient comme ayant voté" dans certains bureaux, a affirmé M. Morar dans une interview à la chaîne de télévision privée Realitatea TV. Il a également précisé que les vérifications effectuées par les enquêteurs avaient mis en lumière le fait que des militaires qui se trouvaient en Afghanistan figuraient comme ayant voté dans leur localité natale tout comme des personnes emprisonnées, "ce qui a conduit à l'idée d'une fraude et à l'ouverture de poursuites". La semaine dernière, le secrétaire général du Parti social-démocrate (PSD, majorité), Liviu Dragnea, a été inculpé par le parquet anticorruption (DNA) pour fraude électorale lors du référendum du 29 juillet. Il est notamment accusé d'avoir eu recours à des moyens illicites --encouragement au vote multiple, manipulation des listes pour gonfler le nombre de votants-- afin que le seuil de participation minimum requis pour valider le référendum contre M. Basescu soit atteint. La coalition de centre-gauche au pouvoir à Bucarest depuis mai, l'Union sociale-libérale (USL) --qui regroupe le PSD, les libéraux du PNL et le Parti conservateur-- avait tenté d'obtenir la destitution de son rival de centre-droit, cet été. M. Dragnea a rejeté ces accusations estimant qu'il s'agissait d'un "dossier politique" qui reflétait une "vengeance" de M. Basescu. M. Basescu, a repris ses fonctions à la fin du mois d'août après que la Cour constitutionnelle a invalidé le référendum pour sa destitution, en raison d'un taux de participation inférieur au seuil minimum requis de 50% plus un des inscrits. Une majorité des votants, plus de 87% s'était toutefois prononcé pour son départ. (CLA)

Nos partenaires