Retour au calme au Katanga après deux jours d'affrontements entre l'armée et les rebelles

09/01/14 à 11:49 - Mise à jour à 11:49

Source: Le Vif

(Belga) Le calme était revenu jeudi au Katanga, dans le Sud-Est de la République démocratique du Congo, où l'armée ne relevait aucun incident dans la matinée après les affrontements entre militaires et rebelles ayant eu lieu mardi et mercredi en plusieurs endroits de la région. "La situation sur l'ensemble de la province est calme. Il n'y a rien à signaler", a déclaré à l'AFP le général-major Rombo Bwayamba, commandant de la région militaire du Katanga, qui a toutefois précisé que les troupes restaient en alerte.

Retour au calme au Katanga après deux jours d'affrontements entre l'armée et les rebelles

Mardi et mercredi, des combats ont opposé une bonne partie de la journée les Forces armées de la RDC (FARDC) à des rebelles sécessionnistes à la périphérie de Lubumbashi, la capitale du Katanga et deuxième ville du pays. L'armée a indiqué qu'il y avait eu des morts dans les deux camps mais a refusé de fournir un bilan précis des affrontements. Mercredi, des affrontements avaient également été signalés à Pweto, dans le nord de la province. Poumon de l'économie congolaise grâce à son sous-sol extrêmement riche, le Katanga est la province d'origine du président congolais Joseph Kabila, au pouvoir depuis 2001 et qui s'est maintenu à la tête de l'Etat pour un nouveau mandat de cinq ans à l'issue d'un scrutin contesté, en novembre 2011. Lubumbashi a été avec Kinshasa, la capitale, et la ville de Kindu, dans l'Est, le théâtre d'un apparent coup de force contre le pouvoir le 30 décembre. L'insurrection a été matée dans le sang. Mercredi, le représentant spécial adjoint de l'ONU en RDC, Abdallah Wafy, a indiqué que les Nations unies étaient préoccupées par "l'ensemble de la situation sécuritaire en RDC", notamment au Katanga, d'où l'ONU à récemment retiré la majeure partie de ses effectifs militaires pour les redéployer vers les provinces du Nord et du Sud-Kivu, dans l'Est du pays. (Belga)

Nos partenaires