Réseaux scolaires: Jean-Marc Nollet déplore des relents de guerre scolaire

27/08/12 à 15:11 - Mise à jour à 15:11

Source: Le Vif

(Belga) La sortie dimanche du cdH réclamant la résorption de l'écart d'investissements publics entre les réseaux libre et officiel de l'enseignement et la réaction du président du PS exploitent des relents de guerre scolaire, a déploré lundi Jean-Marc Nollet (Ecolo), ministre francophone en charge des Bâtiments scolaires.

Réseaux scolaires: Jean-Marc Nollet déplore des relents de guerre scolaire

"C'est dommage qu'un enjeu aussi fondamental que la création de places dans les écoles soit à nouveau l'objet de tensions entre le cdH et le PS", a relevé M. Nollet, en marge d'un déplacement ministériel à Paris. Dans la matière qui le concerne, le gouvernement a élaboré un plan de créations de places, qui permettra d'atteindre 8.516 nouvelles places sur Bruxelles, au lieu des 5.643 initialement prévues. En capacités de travaux, le réseau libre peut bénéficier d'investissements à hauteur de 286 millions d'euros, et l'officiel de 233 millions, a-t-il ajouté. Jean-Marc Nollet affirme que l'effort est totalement égalitaire en ce qui concerne le nombre de places. Il relève toutefois des difficultés particulières dans certaines localités, pour certains pouvoirs organisateurs qui ne désirent pas s'investir. "La problématique se résout, ce serait dommage d'exploiter ainsi un relent de guerre scolaire", a-t-il conclu. Quant à la question des subventions de fonctionnement, Jean-Marc Nollet dit vouloir laisser à la ministre de l'Enseignement obligatoire Marie-Dominique Simonet (cdH) le soin de répondre aux questions soulevées par son président de parti Benoît Lutgen. Ce dernier a plaidé dimanche en faveur d'un financement à parts égales des infrastructures scolaires du libre et de l'officiel subventionné. Il a également réclamé que soit poursuivi le rattrapage des subventions de fonctionnement du libre. Lundi, le président du parti socialiste, Thierry Giet, a répondu qu'il convenait de respecter l'accord de gouvernement et que l'ensemble de l'enseignement devait disposer de moyens, et non un seul réseau. (BPE)

Nos partenaires