Rentrée politique à la Comission Communautaire française - "Chaque euro sera dépensé de la manière la plus utile"

18/10/13 à 11:46 - Mise à jour à 11:46

Source: Le Vif

(Belga) A l'équilibre budgétaire depuis l'an dernier, la CoCof le restera l'an prochain au prix d'arbitrages et de sélectivité car l'évolution des recettes institutionnelles est globalement assez atone, a annoncé vendredi le ministre-président de la Commission Communautaire française de Bruxelles, Christos Doulkeridis, à l'occasion de la séance de rentrée du parlement francophone bruxellois.

Rentrée politique à la Comission Communautaire française - "Chaque euro sera dépensé de la manière la plus utile"

Devant l'assemblée de cette institution en charge de matières essentiellement sociales au profit des 950.000 habitants francophones de la capitale, Christos Doulkeridis a souligné que le projet de budget de l'année prochaine était sur le point d'être bouclé. Chaque euro sera dépensé de la manière la plus utile en préservant l'ensemble des services aux habitants et en réservant les marges de manoeuvre limitées aux secteurs prioritaires (aide aux personnes handicapées, formation professionnelle et accueil des primo-arrivants), a-t-il dit. "Le sentiment de fierté que portent les diables rouges, le prix Nobel de physique ou le succès de Stromae" n'implique pas que nos citoyens se portent bien. Notre combat continue pour entendre leurs préoccupations, a dit Christos Doulkeridis, lisant la déclaration de politique générale des ministres bruxellois francophones. Parmi les premiers intervenants de l'opposition, Gaetan Van Goidsenhoven (MR) a estimé qu'à quelques mois de la fin de la législature, énormément de questions restaient sans réponse. Pour lui, les politiques menées depuis dix ans par la majorité olivier ressortent d'une vision de "ville subie plutôt que choisie". Fatoumata Sidibé (FDF) a jugé que la législature avait suscité beaucoup d'espoirs déçus. La réforme de l'Etat acceptée par les partis de la majorité institutionnelle sous la pression des revendications nationalistes flamandes sera lourde de conséquences pour la CoCof, obligée d'"assumer plus avec moins". Et l'accord de la Sainte-Emilie entre ces partis francophones n'arrangera rien. (Belga)

Nos partenaires