Réformer la société BIO pour améliorer l'efficacité de l'aide au développement

13/09/12 à 19:03 - Mise à jour à 19:03

Source: Le Vif

(Belga) L'institution nationale BIO doit réintégrer la stratégie belge de coopération au développement, a plaidé jeudi le Centre national de coopération au développement (CNCD-11.11.11), à l'occasion de sa rentrée politique. Créée en 2001 grâce à une collaboration public-privé et actuellement en réforme, la société belge d'investissement dans les pays en développement privilégie les stratégies financières, selon l'asbl.

Réformer la société BIO pour améliorer l'efficacité de l'aide au développement

Le CNCD-11.11.11 a ainsi relevé des distributions "incohérentes" de l'aide, ainsi que la "pertinence douteuse" de certains projets. "La société BIO a privilégié les investissements dans les banques plutôt que dans le secteur de la santé", a indiqué Antonio Gambini, chargé de recherche. "Et elle a notamment investi dans la création de salles de fitness en Colombie ou la production d'asperges dans une zone désertique du Pérou. On peut douter de leur utilité." Le mode d'investissement de BIO, dont l'Etat belge est actionnaire à 84%, se trouve également au coeur de sa réforme. En février 2012, le quotidien "Le Soir" avait révélé son recours aux paradis fiscaux. "BIO n'investissait pas directement dans les pays partenaires mais de manière indirecte, via des banques ou des fonds d'investissement établis dans certains paradis fiscaux", a ajouté Antonio Gambini. Le ministre de la Coopération au Développement Paul Magnette a depuis annoncé une évaluation externe de la société ainsi que le remplacement de son directeur. "Mais il faut également reformer le conseil d'administration", a expliqué Arnaud Zacharie, secrétaire général du CNCD-11.11.11. "Et nous souhaitons que BIO soutienne les PME créatrices d'emplois décents dans les pays partenaires, sans passer par les paradis fiscaux." (BENOIT DOPPAGNE)

Nos partenaires