Réforme de l'Etat - La commission Wallonie-Bruxelles entre dans le vif du sujet

03/01/13 à 13:30 - Mise à jour à 13:30

Source: Le Vif

(Belga) La commission Wallonie-Bruxelles, cet organe institué par les partis francophones soutenant la sixième réforme de l'Etat afin de déterminer quelle entité fédérée assurera l'exercice des nouvelles compétences défédéralisées, entrera dans le vif du sujet lundi avec une série d'auditions à huis clos.

La réunion débutera à 14h00 au siège du gouvernement de la Fédération Wallonie-Bruxelles, place Surlet de Chokier à Bruxelles, selon un calendrier hebdomadaire qui respectera l'alternance entre la capitale et Namur. Il y sera question de sécurité sociale et de soins de santé. Sont conviés l'administrateur général de l'Office national d'allocations familiales pour travailleurs salariés (ONAFTS), l'administrateur général et le directeur général du service des soins de santé de l'INAMI, le directeur général et le chef du Service gestion des hôpitaux du SPF Santé publique, ainsi que le président du SPF Sécurité sociale. Présidée par le chef des gouvernements wallon et de la Fédération, Rudy Demotte (PS), la commission regroupe aussi 15 parlementaires wallons et bruxellois socialistes, réformateurs, écologistes et centristes. Les FDF, qui ont divorcé du MR lorsque ce dernier a approuvé l'accord institutionnel, n'y participent pas. La commission a été réactivée en octobre dernier par les présidents de parti, après avoir été instaurée en janvier 2011. Elle aura la délicate mission de trouver un terrain d'entente entre francophones - régionalistes et communautaristes - sur l'entité fédérée qui sera le réceptacle de chaque compétence défédéralisée. Des représentants du PS, dont M. Demotte ou la ministre wallonne de la Santé, Eliane Tillieux, avaient dit récemment leur faveur pour les Régions mais n'ont pas été rejoints par les partenaires de la majorité Olivier, Ecolo et le cdH. Récemment épinglé par le président des socialistes bruxellois, Rudi Vervoort, le lien entre Wallons et Bruxellois à travers la Fédération traversera les débats. M. Demotte, déplorant le peu d'entrain dont fait preuve la Cocof (Commission communautaire française, qui gère en Région bruxelloise des matières communautaires) à s'associer aux projets de la Fédération et de la Wallonie, avait en réponse appelé à un "exercice de mise à nu de l'ensemble des compétences de la Fédération", tout en condamnant ceux qui mettent en place "des jalons de division" entre francophones. (PVO)

Nos partenaires