Réforme de l'enseignement supérieur - La Haute école Henallux n'est pas associée à la demande d'États généraux

21/12/12 à 12:19 - Mise à jour à 12:19

Source: Le Vif

(Belga) La Haute de Namur-Liège-Luxembourg (HENALLUX) a pris ses distances vendredi avec un communiqué diffusé la veille en son nom, en celui de cinq autres Hautes écoles et l'UCL, pour réclamer des États généraux de l'enseignement supérieur.

"C'est abusivement que le nom de la Haute École de Namur-Liège-Luxembourg a été associé au communiqué intitulé "Avant-projet Marcourt : Oser les États généraux de l'Enseignement supérieur ! ", a souligné Daniel Chavée, directeur-président d'Henallux. Ce communiqué reconnaissait des évolutions récentes dans l'avant-projet de décret du ministre Jean-Claude Marcourt (PS) réformant le paysage de l'enseignement supérieur - et qui devrait être discuté ce vendredi en conseil des ministres -, mais insuffisantes pour rencontrer certains principes. Il réclamait la mise en place d'États généraux, alors que le projet de réforme est déjà lui-même la traduction ministérielle des conclusions d'une "Table ronde" de l'enseignement supérieur, rendues il y a deux ans et demi. (JAV)

Nos partenaires