Réforme de l'enseignement supérieur - La CGSP déplore le "lobbying" d'une partie de l'enseignement catholique

21/01/13 à 17:17 - Mise à jour à 17:17

Source: Le Vif

(Belga) Le syndicat socialiste CGSP a déploré lundi le lobbying exercé par une partie de l'enseignement catholique sur le gouvernement de la Fédération Wallonie-Bruxelles, concernant l'accord dégagé jeudi sur la réforme de l'enseignement supérieur.

"Cédant au lobbying d'une partie de l'enseignement catholique, le gouvernement de la Fédération Wallonie-Bruxelles a alourdi et déséquilibré la structure du projet initial" défendue par le ministre Jean-Claude Marcourt (PS), a déploré la CGSP-Enseignement. Le syndicat socialiste évoque sans les nommer les pressions de l'université catholique et Louvain (UCL) et de plusieurs hautes écoles gravitant dans son giron, alors que d'autres universités catholiques (Saint-Louis à Bruxelles, Université de Namur) s'étaient dites prêtes à négocier sur base de l'avant-projet initial de M. Marcourt. Le volet "paysage" de ce texte initial, outre une académie unique de recherche et d'enseignement supérieur (ARES), prévoyait cinq pôles géographiques. L'accord de gouvernement (PS-cdH-Ecolo) limite les compétences de ces cinq pôles à des matières de proximité (services, infrastructures, etc) et ajoute à l'ARES et aux pôles trois zones académiques (inter-pôles), dont une liant le Brabant wallon à Bruxelles, ce que réclamait notamment l'UCL. Pour la CGSP, ces inter-pôles vont diluer les prises de décision et mettre à mal la cohérence régionale, la mieux à même à ses yeux de répondre aux 'défis de l'enseignement supérieur: offre de proximité, adéquation aux réalités socio-économiques, parcours intégré de l'étudiant, etc". La CGSP réclame au minimum une représentation équilibrée des différents acteurs au sein de chacune des instances d'avis de ce qu'elle qualifie de "meccano institutionnel". (MUA)

Nos partenaires