RDC: le M23 tente de gagner du terrain en s'alliant à d'autres groupes armés

14/11/12 à 17:15 - Mise à jour à 17:15

Source: Le Vif

(Belga) La rébellion Mouvement du 23 mars (M23) tente de gagner du terrain dans l'est de la République démocratique du Congo en s'alliant à d'autres groupes armés actifs dans la région, a estimé mercredi la Mission de l'ONU en RDC (Monusco).

Le M23 est surtout composé d'ex-rebelles qui, après avoir été intégrés en 2009 dans l'armée congolaise, se sont mutinés et combattent depuis l'armée régulière. Ils sont basés dans le territoire de Rutshuru, à la frontière du Rwanda et de l'Ouganda - deux pays accusés par l'ONU de soutenir le M23, ce qu'ils démentent. Le M23 "tente une percée pour aller dans le Masisi", un territoire voisin, plus à l'ouest, d'où une partie des rebelles était partie pour regagner le Rutshuru, a affirmé le lieutenant-colonel Prosper Basse, porte-parole militaire de la Monusco. Mais le déploiement de l'armée "bloque toute avancée" et les mutins "tentent de nouer des alliances avec d'autres groupes armés du Masisi" car ils n'ont pas la "capacité de se déployer aussi loin de leurs bases traditionnelles". Selon lui, ils essaient aussi de s'allier à des groupes armés des territoires de Lubero, au nord de leurs positions, et de Walikale, plus à l'ouest. Leur objectif est de "mener une guerre par procuration" pour "déstabiliser" l'armée, soutenue sur le terrain par la Monusco, a-t-il précisé. Après des combats de mai à juillet, une trêve relative est observée. La Conférence internationale pour la région des Grands Lacs (CIRGL) travaille à la création d'une "force neutre" qui doit être déployée en décembre mais dont les contours restent flous. (PVO)

Nos partenaires