RDC - L'ONU décide des sanctions contre le M23 et les FDLR

01/01/13 à 01:17 - Mise à jour à 01:17

Source: Le Vif

(Belga) Le Conseil de sécurité a décidé des sanctions contre le mouvement rebelle congolais M23, actif dans l'est de la République démocratique du Congo (RDC), ont indiqué lundi des diplomates.

Le Conseil a également placé les rebelles hutus rwandais des Forces démocratiques de libération du Rwanda (FDLR), opposés à Kigali, sur sa liste de sanctions. Le placement sur cette liste noire impose notamment aux entités ou individus sanctionnés un gel des avoirs et une interdiction de voyager. Selon l'ambassadrice américaine à l'ONU Susan Rice, le Conseil a également placé sur la liste à titre individuel deux dirigeants du M23: Jean-Marie Runiga Lugerero, qualifié de "chef civil du Mouvement", et Eric Badege, "un commandant du M23 soupçonné d'exactions contre des femmes et des enfants". "Nous estimons que ces décisions vont faciliter des progrès vers une paix durable dans l'est de la RDC", a déclaré Mme Rice dans un communiqué. "Nous demandons aux membres du M23 et du FDLR de faire défection et de se démobiliser afin de se dissocier des groupes sanctionnés", a-t-elle ajouté. Cette décision intervient à quelques heures de l'entrée du Rwanda au Conseil, comme membre non permanent, à partir du 1er janvier et pour une durée de deux ans. Des experts de l'ONU accusent le Rwanda et l'Ouganda voisins de soutenir le M23, ce que ces deux pays réfutent. En décembre, le président américain Barack Obama avait demandé au président rwandais Paul Kagame de cesser tout soutien aux rebelles. Le Conseil de sécurité avait déjà pris des sanctions ciblées, dont les dernières datent de fin novembre, contre trois chefs militaires du M23 mais n'avait pas encore sanctionné l'ensemble de la rébellion. Le M23 est formé d'anciens rebelles, d'abord intégrés dans l'armée de RDC aux termes d'un accord signé le 23 mars 2009 avec les autorités de Kinshasa, mais qui ont repris le combat au printemps dans le Nord-Kivu, accusant le gouvernement de ne pas l'avoir respecté. (OSA)

Nos partenaires