RDC: l'ONU "alarmée" par des exécutions présumées de jeunes et d'enfants à Kinshasa

27/11/13 à 17:35 - Mise à jour à 17:35

Source: Le Vif

(Belga) L'Unicef et la Mission de l'ONU en République démocratique du Congo se sont déclarés mercredi "alarmés" par des exécutions extrajudiciaires de jeunes et d'enfants à Kinshasa, où la police mène une vaste opération "coup de poing" contre les délinquants.

RDC: l'ONU "alarmée" par des exécutions présumées de jeunes et d'enfants à Kinshasa

Cette inquiétude est née après qu'ils ont "reçu, au cours de ces derniers jours, des rapports préoccupants faisant état de la disparition et de l'assassinat de jeunes hommes et d'enfants dans certaines communes de Kinshasa", a déclaré à la presse Carlos Araujo, porte-parole intérimaire de la Mission de l'ONU (Monusco). "Selon les informations reçues qui sont en cours de vérification, au moins une vingtaine de personnes, dont 12 enfants, auraient été tuées. L'Unicef et la Monusco demandent que des mesures immédiates soient prises par les autorités congolaises, afin de mettre fin à ces actes", a-t-il ajouté. L'Unicef et la Monusco appellent également à ce que des enquêtes soient menées et que les responsables présumés soient jugés. Les rapports d'exécutions et de disparitions coïncident "avec le début de l'opération Likofi (Coup de poing en lingala), lancée le 15 novembre 2013 pour une durée de trois mois par les autorités congolaises, afin de juguler la délinquance urbaine", a souligné le porte-parole. La police de Kinshasa a lancé cette opération pour combattre le banditisme de jeunes désoeuvrés appelés "kuluna", qui depuis des années volent, agressent et tuent des habitants de la capitale congolaise. Des habitants affirment que la police s'est livrée à plusieurs exécutions de kuluna présumés. Le colonel Mwana Mputu, chef de la cellule média de l'opération, a formellement démenti mardi ces allégations, et souligné que s'il y avait "dérapage" il y aurait des "sanctions". (Belga)

Nos partenaires