RDC: appels internationaux pour la reddition "complète" des rebelles hutu rwandais

01/06/14 à 18:02 - Mise à jour à 18:02

Source: Le Vif

(Belga) Les envoyés spéciaux pour la région des Grands Lacs de l'ONU, de l'Union Africaine, de l'Union européenne et des Etats-Unis ont appelé dimanche à la reddition "complète" des rebelles hutu rwandais des FDLR, actifs dans l'est de la République démocratique du Congo. Dans un communiqué, les envoyés spéciaux et le chef de la Mission de l'ONU en RDC (Monusco) exhortent les rebelles à "une complète reddition de tous les combattants et hauts gradés FDLR dans les prochains jours".

"Les membres des FDLR qui choisissent de ne pas se rendre (...) continueront d'être passibles de l'action militaire des FARDC (armée congolaise) et de la Monusco", ont-ils insisté. Ils ont ajouté que les "FDLR qui se rendent et souhaitent retourner au Rwanda, pourront être rapatriés dans le cadre du processus DDR/RR (désarmement, démobilisation, rapatriement, réintégration et réinstallation) existant" dans leur pays. Les FDLR sont accusées d'avoir participé au génocide des Tutsi en 1994 au Rwanda, qui a fait au moins 800.000 morts selon l'ONU. Réfugiés dans l'est de la RDC, les FDLR, aujourd'hui très affaiblies, comptent entre 1.500 et 4.000 hommes. Le 18 avril, elles ont annoncé vouloir se séparer d'"ex-combattants importants" afin de "se consacrer à la lutte politique" au Rwanda, qui refuse tout dialogue avec elles. Vendredi à Kateku, à 220 kilomètres au nord de Goma, capitale du Nord-Kivu, 105 hommes se sont rendus avec 100 armes. Il s'agit d'un "nombre insignifiant de combattants subalternes (qui) se sont rendus dans le Nord-Kivu", ont estimé les envoyés spéciaux et le chef de la Monusco. Kinshasa estime que les redditions de vendredi sont une première vague. Elle espère à terme la reddition de 1.400 combattants dans les Nord- et Sud-Kivu, où les FDLR sont accusées de graves exactions contre les civils (viols, meurtres, pillages, enrôlements d'enfants...). (Belga)

Nos partenaires