Quatre ans requis contre un présumé violeur, qui demande une castration chimique

18/04/13 à 15:35 - Mise à jour à 15:35

Source: Le Vif

(Belga) Le ministère public a requis jeudi, devant le tribunal correctionnel de Tournai, quatre ans de prison à l'encontre d'un homme âgé de 39 ans, poursuivi pour un viol prémédité et une menace avec arme sur son ex-compagne, âgée de 30 ans. L'homme considère que la prison ne va pas le guérir et a demandé une castration chimique.

Le 14 octobre 2012, vers 18h00, une Tournaisienne avait appelé sa mère pour lui signaler que son ex-compagnon l'avait violée. Pendant trois heures, la jeune femme, handicapée, avait subi un véritable enfer. Sous la menace d'un couteau, le prévenu l'a obligée à se déshabiller car il voulait la prendre en photo pour envoyer les images à son patron et à son propriétaire, afin de l'humilier. Il l'a ensuite violée, en utilisant une brosse à cheveux pour la pénétrer. L'homme a reconnu les faits. "Je savais qu'en la violant, aucun autre homme ne la toucherait", a-t-il dit aux policiers qui l'ont entendu. Le prévenu avait prémédité le viol car un message sur son téléphone détaille l'agression. "Dans le message, on peut lire qu'il allait utiliser une brosse à cheveux", signale l'avocat de la partie civile, qui réclame 5.000 euros provisionnels à titre de dommage moral et un euro provisionnel à titre de dommage matériel. "La récidive est élevée sur un plan statistique, une castration chimique n'empêchera pas ses pulsions", a commenté le procureur du Roi. C'est pourtant ce qu'a plaidé la défense, qui demande une peine avec sursis probatoire. Jugement le 16 mai. (Belga)

Nos partenaires