Producteurs laitiers - La ministre Laruelle et le député européen Tarabella soutiennent les agriculteurs

26/11/12 à 10:18 - Mise à jour à 10:18

Source: Le Vif

(Belga) La Belgique fait ce qu'elle peut pour tenter d'alerter les instances européennes, mais elle est peu suivie, a déploré lundi matin la ministre fédérale de l'Agriculture Sabine Laruelle (MR), sur les ondes de La Première (RTBF) alors que des centaines de tracteurs de producteurs laitiers font route lundi vers Bruxelles afin de protester contre la baisse des prix sur le marché du lait. Le député européen Marc Tarabella (PS) estime quant à lui que "le combat des agriculteurs est aussi le nôtre", dans un communiqué de presse diffusé lundi.

Producteurs laitiers - La ministre Laruelle et le député européen Tarabella soutiennent les agriculteurs

La ministre fédérale de l'Agriculture estime qu'il faut entendre l'appel de l'agriculteur, "le maillon le plus petit", qui n'a pas assez de force de négociation pour se faire respecter. Selon elle, ce sont surtout les coûts qui empêchent les revenus des agriculteurs d'augmenter. A propos des agriculteurs belges, Sabine Laruelle estime que les agriculteurs wallons qui sont les plus touchés par les problèmes financiers en raison, de la place qu'y occupent la viande bovine et le lait, "deux secteurs qui souffrent". La Belgique plaide "pour un système de régulation au niveau européen, que ce soit dans le lait, que ce soit dans d'autres 'spéculations'" mais elle n'est pas suivie par l'ensemble les pays européens dans cette demande, a-t-elle regretté. Le député européen socialiste Marc Tarabella, membre de la commission de l'agriculture, estime lui que la crise actuelle est plus grave que celle de 2009, lorsque les producteurs avaient notamment déversé trois millions de litres de lait dans un champ de Ciney pour signaler leur mécontentement. Il réitère son appel pour "une autorité publique gendarme des marchés laitiers" et demande la création d'un observatoire des prix et des marges qui veillerait à une répartition plus équitable. "Le secteur laitier est trop exposé à la volatilité des prix alors que 95% du lait est valorisé et consommé localement. Les 5% restant, à eux seuls, font fluctuer le prix de l'ensemble de la production mondiale", déplore encore Marc Tarabella. (JAV)

Nos partenaires