Procès De Gelder - La famille a réagi très différemment aux faits reprochés à l'accusé

13/03/13 à 17:31 - Mise à jour à 17:31

Source: Le Vif

(Belga) "La maman n'était pas là quand je suis arrivé. J'ai demandé au frère de Kim De Gelder d'aller la chercher à côté, chez ses parents. Quand je lui ai dit de quoi son fils était soupçonné, elle est d'abord restée très calme, et puis elle s'est mise en colère", a témoigné mercredi après-midi le travailleur de l'aide aux victimes passé chez les De Gelder au soir de la tuerie à la crèche Fabeltjesland de Termonde le 23 janvier 2009.

"J'ai été accueilli par le père et le frère de Kim De Gelder. Il n'y avait qu'eux dans la maison. Ils n'arrivaient pas à croire ce qui s'était passé", a développé Ivan Verkest. "J'ai demandé au fils d'aller chercher la maman dans la villa d'à côté, chez ses parents. Quand je lui ai dit de quoi son fils était soupçonné, elle est d'abord restée très calme, et puis elle s'est mise en colère. 'Ce n'est plus mon fils', a-t-elle dit." Les grands-parents ont ensuite été informés, de même que les oncles. La jeune soeur de Kim De Gelder, rentrée d'un après-midi shopping avec des amies, s'est bornée à déclarer: "Mon frère est malade" au travailleur social, avant d'aller raconter son après-midi à ses grands-parents. "Le lendemain, j'y suis retourné dans l'après-midi. La famille voulait toujours regarder les informations et réagissait de manière très émotionnelle, avec empathie, compassion, affliction à ce qu'elle apprenait." Les De Gelder n'ont toutefois jamais considéré qu'ils n'avaient plus que deux enfants. "Ils n'ont pas abandonné leur fils", a conclu M. Verkest. (SLE)

Nos partenaires