Procès De Gelder - "J'ai perdu une partie de moi"

08/03/13 à 11:25 - Mise à jour à 11:25

Source: Le Vif

(Belga) "J'ai perdu une partie de moi. Il restera à jamais une blessure", a indiqué Quinten Blindeman, le fils de la puéricultrice décédée, vendredi matin devant la cour d'assises de Gand au procès de Kim De Gelder.

Procès De Gelder - "J'ai perdu une partie de moi"

L'accusé avait attaqué la crèche Fabeltjesland à Termonde le 23 janvier 2009. Il avait mortellement poignardé deux bébés âgés de neuf mois, ainsi que la puéricultrice Marita Blindeman, âgée de 54 ans. "Quand j'étais enfant, je n'ai jamais manqué de rien. C'est malheureux que je n'aurai pas la chance de renvoyer l'ascenseur. (...) Maintenant que je suis moi-même père, je comprends ce que signifie élever un enfant", a expliqué le témoin. Ce dernier est ensuite revenu sur le jour des faits : "Ma compagne a vu sur le télétexte que cinq personnes avaient été assassinées dans une crèche de Termonde. J'ai directement pris la route. Ce qui me passait par la tête à ce moment est indescriptible. Quand je suis arrivé sur place, c'était la panique complète". "Certains jours, je me lève et je me dis que ce n'est pas vrai, que ce n'est pas possible. J'ai perdu une partie de moi. Une autre partie essaye cependant de continuer à vivre en pensant qu'il y a encore de belles choses à réaliser. La blessure due au décès de ma mère reste cependant incurable", a poursuivi le témoin. Quinten Blindeman a ensuite demandé à l'accusé comment il se sentirait si on lui annoncait la mort de ses parents. "Je pense que mon monde s'effondrerait", a répondu Kim De Gelder. "Ils sont la seule chose qui me reste dans ma vie". "Je pense que vous comprenez donc comment nous nous sentons", a réagi le témoin. "Vous avez du être triste et en colère, vous avez du beaucoup souffrir", a déclaré Kim De Gelder. (PVO)

Nos partenaires