Présidence OSCE: l'Ukraine prend la relève de l'Irlande

01/01/13 à 12:30 - Mise à jour à 12:30

Source: Le Vif

(Belga) L'Ukraine, en dépit des fortes critiques internationales quant au respect des droits de l'Homme dans ce pays, a pris mardi 1er janvier et pour l'année 2013 la relève de l'Irlande à la présidence tournante de l'Organisation pour la Sécurité et la Coopération en Europe (OSCE), dont le siège est à Vienne.

Dans un communiqué, le ministre ukrainien des Affaires étrangères, Leonid Kozhan, a souligné que, pendant sa présidence, l'Ukraine avait pour objectif de "protéger les droits de l'Homme et les libertés fondamentales". Parmi les autres priorités de la présidence ukrainienne figurent "la solution des conflits en cours" (Nagorny-Karabakh, Géorgie-Russie...), "un meilleur contrôle des armes conventionnelles", "la lutte contre le trafic des êtres humains" et "la réduction de l'impact environnemental de l'énergie". Toutefois, à la veille du début de la présidence ukrainienne, le coordinateur spécial pour l'Ukraine de l'OSCE, la vice-présidente suédoise de l'Assemblée parlementaire de l'OSCE, Walburga Habsbourg Douglas, avait critiqué les atteintes aux droits de l'Homme dans ce pays: elle a ainsi qualifié de "violation des droits de l'Homme" le refus que lui ont opposé les autorités ukrainiennes, d'une visite à l'hôpital à l'ancien chef de gouvernement Ioulia Timochenko, qui, tout en purgeant une condamnation à sept ans de prison pour "abus de pouvoir", y était soignée pour des problèmes de dos. L'OSCE avait auparavant qualifié de "partial" et de "pas en arrière" le refus du gouvernement ukrainien de laisser Ioulia Timochenko participer aux élections législatives, en octobre 2012. L'OSCE a été créée en 1973 sous le nom de Conférence pour la Sécurité et la Coopération en Europe (CSCE), deux ans avant les Accords d'Helsinki en 1975, qui avaient ouvert la voie à la fin de "la Guerre froide" entre l'Est et l'Ouest. Elle regroupe 57 pays, dont les Etats-Unis. (VIM)

Nos partenaires