Première rencontre entre le "patron" de l'armée et les syndicats, teintée d'optimisme

19/10/12 à 20:52 - Mise à jour à 20:52

Source: Le Vif

(Belga) Le "patron" de l'armée, le général Gerard Van Caelenberge, a rencontré vendredi pour la première fois depuis son entrée en fonction en juillet dernier les syndicats militaires, qui ont perçu chez lui une véritable volonté de "dialogue", a-t-on appris de source syndicale.

Le chef de la Défense (Chod) a ainsi rassuré les représentants du personnel militaire sur la décision prise mercredi par le Comité ministériel restreint de bloquer à titre conservatoire tous les crédits d'engagement et de liquidation, alors que le ministère de la Défense a prévu d'engager cette année des achats de matériel pour 242 millions d'euros. Cette mesure n'aura que peu de répercussions pour la Défense, a assuré un responsable du Syndicat Libre de la Fonction publique (SLFP, libéral) à l'agence BELGA. Un montant de huit millions d'euros pourra ainsi être absorbé par des "glissements" internes, a-t-il précisé, citant le Chod. En ce qui concerne le personnel, le général Van Caelenberge a confirmé que les recrutements devraient s'accroître au cours des prochaines années et atteindre les 2.000 places ouvertes durant la période 2014-2016, afin de compenser les départs à la retraite, tout en respectant le chiffre de 30.000 militaires - plus 2.000 civils - prévu par la déclaration gouvernementale de l'équipe Di Rupo. En 2013, la Défense recrutera 1.700 militaires et 130 civils, ce qui représente les chiffres les plus élevés en dix ans, a récemment annoncé le ministre de la Défense, Pieter De Crem, assurant disposer des moyens budgétaires pour les rémunérer, maintenant que son plan de restructuration de l'armée commence à porter ses fruits. Plus globalement, les syndicats militaires ont perçu chez le général Van Caelenberge une ouverture au dialogue, ce qui traduit un "revirement important" par rapport à son prédécesseur, le général Charles-Henri Delcour, qui avait démissionné en mars dernier en raison de désaccords avec M. De Crem. (ANA)

Nos partenaires