Pour souhaiter la bonne année, le SMS prend un coup de vieux

28/12/12 à 10:54 - Mise à jour à 10:54

Source: Le Vif

Pour souhaiter la bonne année la nuit du 31 décembre à minuit, le SMS pourrait bientôt devenir ringard, concurrencé par des services internet comme Facebook, BBM, WhatsApp, Viber et Twitter.

Pour souhaiter la bonne année, le SMS prend un coup de vieux

© Thinkstock

Si, l'an dernier, les Belges ont envoyé plus de 65 millions de SMS pour le Nouvel An, plusieurs opérateurs néerlandais ou suédois ont enregistré une baisse en volume des SMS échangés, parfois de plusieurs millions.

Avec la généralisation des smartphones, connectés à internet et truffés d'applications, le SMS, qui fête ses 20 ans cette année, a pris un sérieux coup de vieux.

Il a d'abord été concurrencé par les messageries instantanées des fabricants de téléphones, comme le BlackBerry Messenger (BBM), utilisé par 60 millions de possesseurs de BlackBerry dans le monde, ou les iMessages de l'iPhone.

D'autres systèmes de "communications unifiées" comme WhatsApp (qui revendiquait en août 10 milliards de messages transférés par jour dans le monde) ou Viber, qui permettent, avec une seule et même application, de chater, d'envoyer une photo ou une vidéo à des personnes à l'autre bout du monde, connaissent un succès grandissant.

A la différence du SMS, tous ces systèmes ont la particularité de contourner le réseau téléphonique de l'opérateur en passant par internet. On dit alors qu'ils sont "Over the top" (OTT).

Il en va de même pour les réseaux sociaux, comme Facebook ou Twitter, désormais accessibles partout grâce aux smartphones. Pour autant, tous ces services ne signifient pas forcément la fin du SMS, qui devrait rester encore très utilisé le soir de la Saint-Sylvestre, même si la tendance au "panachage" gagne du terrain.

On souhaitera donc la bonne année à ses followers sur Twitter avec un tweet, à ses amis sur Facebook en une photo, à ses cousins outre-Atlantique via WhatsApp et à ses grands-parents par SMS. Ou vice-versa...

En savoir plus sur:

Nos partenaires