Policiers receleurs - Les policiers écoulaient les objets saisis lors des perquisitions sur internet

07/03/13 à 20:09 - Mise à jour à 20:09

Source: Le Vif

(Belga) Les quatre policiers inculpés de détournements à Herstal revendaient, à leur compte, les objets saisis lors de perquisitions sur des sites internet d'enchères et de vente d'objets d'occasion, a-t-on appris de sources judiciaires. Un des quatre policiers interpellés mardi se montrait encore très actif sur ces sites internet récemment. Un cinquième policier a été inculpé, il y a deux mois, alors qu'il croupissait déjà en prison dans l'attente du procès du meurtre de son ex-compagne commis en 2011.

L'enquête a commencé à la suite du meurtre de Martine Ernoux, le 13 août 2011, abattue de trois balles dans le thorax. Son ex-compagnon, Benoît Crahay, policier à Herstal, avait fait usage de son arme de service pour l'abattre de trois balles à la suite d'une dispute au cours d'un dîner organisé par des amis communs au couple. A la suite de ces faits, les enquêteurs ont perquisitionné l'habitation du policier dans laquelle ils ont emporté plusieurs objets dont un ordinateur portable. Ils ont rangé les objets sans y porter grande attention avant de fouiller, récemment, le contenu de l'ordinateur et de découvrir que l'ordinateur avait appartenu à une actrice de films pornographiques assassinée à Vottem de quatre balles dans la tête par son compagnon en 2009. L'ordinateur provenait de la perquisition réalisée à la suite de cet assassinat. Les enquêteurs ont alors extrait Benoît Crahay de sa cellule à Lantin afin de l'interroger. Celui-ci a rapidement avoué qu'il lui était arrivé, à lui ainsi qu'à quatre de ses collègues, de s'emparer de quelques objets lors de perquisitions avant de les vendre sur internet. Trois d'entre eux ont cessé leurs activités à la suite de l'interpellation de Benoît Crahay. Le quatrième a, malgré tout, poursuivi ses activités illicites récemment. Les quatre policiers et leur ancien collègue Benoît Crahay ont été inculpés pour les détournements. (KAV)

Nos partenaires