Plusieurs indices prouvent la grave crise que traverse l'Église catholique

20/05/14 à 15:54 - Mise à jour à 15:54

Source: Le Vif

(Belga) Le niveau de pratique religieuse particulièrement bas et un nombre très faible de candidats à la prêtrise figurent parmi les indices de la persistance d'une grave crise pour l'Église catholique, dans notre pays comme dans de nombreux pays européens, estime l'Observatoire des religions et de la laïcité (ORELA) qui présentait son rapport 2013 mardi. Néanmoins, l'an dernier paraît amorcer pour l'institution ecclésiastique une évolution relativement favorable avec le début du pontificat du pape François qui suscite de l'enthousiasme en son sein.

Plusieurs indices prouvent la grave crise que traverse l'Église catholique

"La surprise causée par l'élection du pape François en début d'année et par sa personnalité, plus moderne que celles de ses prédécesseurs, a continué à susciter un certain enthousiasme durant l'année 2013. Outre un tempérament plus charismatique et un engagement plus social que son prédécesseur, le pape paraît également déterminé à mettre en oeuvre des réformes au Vatican", peut-on lire dans le rapport. Toutefois, l'Église belge est toujours en difficulté. "L'onde de choc du scandale de la pédophilie au sein de l'Église catholique, qui a culminé en 2010 avec la démission de l'évêque de Bruges Roger Vangheluwe et les perquisitions à l'archevêché de Malines dans le cadre de l'enquête du juge d'instruction Wim de Troy ("opération Calice"), continue de produire ses effets." Notre pays connaît en outre une réelle crise de vocations, se traduisant par une baisse constance du nombre de prêtres, ainsi qu'un nombre de défunts incinérés sans cesse en augmentation. (Belga)

Nos partenaires