Plus de 30.000 migrants africains manifestent à Tel-Aviv

05/01/14 à 15:32 - Mise à jour à 15:32

Source: Le Vif

(Belga) Plus de 30.000 demandeurs d'asile africains entrés clandestinement en Israël ont manifesté dimanche à Tel-Aviv, selon la police, le plus grand rassemblement de ce type dans le pays.

Plus de 30.000 migrants africains manifestent à Tel-Aviv

"Plus de 30.000 manifestants ont défilé dans le calme à Tel-Aviv", a déclaré une porte-parole de la police, Louba Samri. Massés sur la place Yitzhak Rabin, les manifestants dénonçaient le refus des autorités israéliennes d'examiner leurs demandes d'obtenir un statut de réfugié, ainsi que le placement en rétention de centaines d'entre eux. "Nous sommes tous des réfugiés! Oui à la liberté, non à la prison", ont-ils scandé en anglais, brandissant des drapeaux érythréens et éthiopiens avant d'écouter une série de discours. Soutenus par des militants israéliens, ces migrants ont également décrété une grève de trois jours sur leurs lieux de travail, en particulier dans la restauration et l'hôtellerie. "Nous avons fui des persécutions, des dictatures, des guerres civiles, des génocides. Le gouvernement israélien doit étudier nos demandes d'asile et nous traiter comme des êtres humains", a déclaré Daoud, un Érythréen entré clandestinement en Israël il y a quatre ans. Selon une loi votée le 10 décembre, les immigrés clandestins peuvent être placés jusqu'à un an en rétention sans procès. Le gouvernement israélien souligne que le pays ne dispose pas de la capacité d'accueillir ces réfugiés. Il offre ainsi des primes de quelques centaines de dollars à ceux qui opteraient pour le départ volontaire. Les autorités israéliennes estiment 60.000 le nombre d'Africains entrés clandestinement et ont lancé en 2012 une campagne qui a abouti au départ ou à l'expulsion de 3.920 d'entre eux. Parallèlement, Israël a achevé en 2013 la construction d'une clôture électronique le long des 230 km de frontière avec l'Egypte, ce qui a permis de réduire pratiquement à néant le nombre d'entrées illégales. (Belga)

Nos partenaires