Planification médicale : La N-VA défend l'attractivité plutôt que la suppression de contingentement

26/09/12 à 17:42 - Mise à jour à 17:42

Source: Le Vif

(Belga) "Si nous voulons que les étudiants en médecine s'orientent à nouveau vers la médecine générale ou d'autres spécialités en pénurie telles que la psychiatrie et la gériatrie, il faudra rendre ces professions plus attrayantes", a indiqué le sénateur N-VA Louis Ide en réaction aux suggestions de la ministre de la Santé Laurette Onkelinx de modification de la planification médicale.

Planification médicale : La N-VA défend l'attractivité plutôt que la suppression de contingentement

Alors que parmi ses suggestions, la ministre propose notamment de supprimer le contingentement pour les spécialités en pénurie, Louis Ide est d'avis que l'augmentation des quotas admissibles en médecine générale ne résoudra en rien le problème. "Depuis 2004, le nombre d'étudiants choisissant la médecine générale diminue chaque année de sorte qu'on se retrouve en-dessous des quotas. Il manque actuellement 500 étudiants (flamands). La solution doit dès lors être recherchée ailleurs". La N-VA défend la nécessité de tout miser sur l'attractivité. "Je me rends bien compte qu'en cette période de difficultés budgétaires, cela ne doit pas déboucher automatiquement sur une hausse des honoraires. Mais on pourrait par exemple travailler sur une baisse des charges administratives", a indiqué Louis Ide. La ministre de la Santé Laurette Onkelinx a suggéré mercredi dans un entretien à La Libre différentes pistes pour lutter contre la pénurie dans certaines spécialités médicales. Elles touchent notamment à l'attractivité des professions et à la suppression du contingentement. En attendant, la Commission de planification de l'offre médicale devrait finaliser ses propositions prochainement. (NICOLAS LAMBERT)

Nos partenaires