Plainte d'une ex-Femen qui affirme avoir été agressée à Paris par des "islamistes"

07/07/14 à 18:22 - Mise à jour à 18:22

Source: Le Vif

(Belga) L'ancienne membre tunisienne des Femen, Amina Seboui, a porté plainte lundi, affirmant avoir été agressée la veille à Paris par cinq "islamistes" qui, selon ses dires, auraient entrepris de lui raser les cheveux et les sourcils, a-t-on appris de source policière.

La militante féministe a porté plainte pour violences en réunion avec utilisation d'une arme blanche, selon la copie de la plainte consultée par l'AFP. La militante qui a l'habitude de porter les cheveux très court n'a pas été blessée mais ses sourcils ont été rasés et une petite partie de ses cheveux tondus. Elle était sur le quai du métro, dans le nord de Paris, entre 05h00 et 06h00 du matin dimanche quand un "Tunisien" lui "a pris la main" et l'a félicité pour ses combats, est-il écrit dans la plainte. Mais l'homme "a commencé à me tirer pour sortir de la station" où quatre autres hommes l'attendaient, a-t-elle expliqué aux policiers. Dans la rue, "ils m'ont immobilisé la tête et m'ont rasé les sourcils avec une lame de rasoir", a-t-elle dit. Les cinq hommes lui ont aussi tondu une petite partie du crâne, a-t-elle raconté. "Ils m'ont dit 'sale pute on va te violer'". Sur Facebook, elle écrit les avoir "suppliés", promettant de "redevenir musulmane" pour qu'ils la "lâchent". "Des témoins m'ont vu crier mais n'ont rien fait, il a fallu que je cite des versets du Coran pour qu'ils me libèrent", a-t-elle dit, mettant en cause des "salafistes" tunisiens et algériens. Un porte-parole de la RATP a dit n'avoir eu à ce stade "aucune remontée du terrain de nos équipes" corroborant les dires de la jeune femme. Amina Seboui avait fait deux mois et demi de détention provisoire en Tunisie en 2013 pour avoir peint le mot "Femen" sur le muret d'un cimetière de Kairouan (150 km au sud de Tunis) afin de dénoncer la tenue d'un rassemblement salafiste. Elle avait ensuite rejoint la France pour reprendre ses études et avait décidé de quitter le mouvement féministe Femen en dénonçant son "islamophobie". (Belga)

Nos partenaires