Piratage informatique: la Chine convoque l'ambassadeur américain

20/05/14 à 07:06 - Mise à jour à 07:06

Source: Le Vif

(Belga) Le ministère chinois des Affaires étrangères a convoqué l'ambassadeur américain à Pékin après l'inculpation aux Etats-Unis de cinq officiers de l'armée chinoise pour "piratage informatique" et "espionnage économique", a annoncé mardi l'agence officielle Chine nouvelle.

Le vice-ministre des Affaires étrangères Zheng Zeguang a transmis lundi soir une "protestation solennelle" de la Chine à l'ambassadeur Max Baucus, a précisé l'agence. Un grand jury de Pennsylvanie a inculpé cinq officiers chinois accusés d'avoir, entre 2006 et 2014, volé des secrets commerciaux d'entreprises américaines spécialisées dans l'énergie nucléaire ou solaire, ou encore dans la métallurgie. Selon le Washington Post, l'espionnage informatique chinois coûte entre 24 milliards et 120 milliards de dollars par an à l'économie américaine. Pékin a immédiatement réagi à l'inculpation des officiers en dénonçant des accusations "absurdes" qui s'appuient sur des "faits fabriqués" et mettent "en danger la coopération et la confiance mutuelle entre la Chine et les Etats-Unis". Chine nouvelle a cité mardi un responsable chinois affirmant que les Etats-Unis étaient les plus grands pirates du cyberespace chinois. Selon lui, entre la mi-mars et la mi-mai, "2.077 réseaux de cheval de troie ou de serveurs 'botnet' aux Etats-Unis contrôlaient 1,18 million d'ordinateurs en Chine". Pendant la même période, les ordinateurs ou les adresses IP basées aux Etats-Unis avaient mené quelque 57.000 attaques "backdoor" (porte dérobée) et 14.000 tentatives de hameçonnage ("phishing") qui consiste par exemple en l'envoi d'un courrier électronique malveillant aux fins d'obtenir des codes de connexion. L'existence de l'Unité 61398 dont dépendent les officiers chinois inculpés avait été révélée en février 2013 par la société américaine de sécurité sur internet Mandiant, conseil du gouvernement américain, dans un rapport consacré à l'ampleur de l'espionnage informatique chinois. Mandiant avait pu suivre la trace de ces cyberattaques jusqu'à un immeuble de 12 étages dans les faubourgs de Shanghaï, qui abrite "des centaines, voire des milliers d'employés" travaillant pour cette unité de l'armée chinoise. Avec les inculpations, la justice américaine met "des visages et des noms derrière les claviers de Shanghaï", a lancé le ministre américain de la justice Eric Holder. (Belga)

Nos partenaires