Pensions des fonctionnaires locaux - Les villes et communes tirent la sonnette d'alarme et réclament l'intervention du fédéral

16/07/14 à 16:52 - Mise à jour à 16:52

Source: Le Vif

(Belga) Les trois unions des villes et communes du pays -- la wallonne UVCW, la flamande VVSG et la bruxelloise AVCB -- ont à nouveau réclamé mercredi l'intervention du fédéral quant au financement des pensions des agents statutaires locaux, dont la charge pour les communes est "devenue bien trop lourde".

Dans une lettre adressée à l'informateur royal Charles Michel, les trois associations de pouvoirs locaux réclament une nouvelle fois du fédéral des "mesures correctrices urgentes". L'an dernier déjà, les unions des villes et communes belges avaient pointé le surcoût global de 2,25 milliards d'euros entre 2012 et 2016 engendré par la réforme de financement des pensions des agents statutaires, dont 581 millions pour les seuls pouvoirs locaux wallons. Or, selon les dernières prévisions d'évolution à la hausse des taux de cotisation de base pour le financement de ces pensions d'agents statutaires, la facture pour les villes et communes devrait encore s'alourdir. "Pour les seuls taux de base, l'augmentation est de près de 100 millions d'euros pour l'année 2015: 35 millions pour les pouvoirs locaux (hors provinces) et 60 millions pour les zones de police", assure Luigi Mendola, de l'union des villes et communes de Wallonie. Plus que cette augmentation des taux de cotisation de base, c'est celle annoncée des taux de responsabilisation qui inquiète les pouvoirs locaux. De 50% à l'heure actuelle, ils pourraient ainsi passer à 95% en 2021. "Ces taux seront tout simplement impayables pour les autorités locales", avertit l'UVCW. Pour les villes et communes de Belgique, il est "indispensable" de repenser le système de financement des pensions des agents statutaires locaux. Et celles-ci d'avancer une série de pistes, notamment la redéfinition des périodes assimilables, le calcul du traitement de référence, la révision du système de péréquation, la création d'incitants à travailler jusqu'à 65 ans, mais aussi la "nécessaire mise en place d'une pension mixte", comme préconisée par la commission pour la réforme des pensions 2020-2040, concluent les trois associations. (Belga)

Nos partenaires