Pas de nouvelle bactérie dans le lac Vostok, admettent des chercheurs russes

09/03/13 à 14:49 - Mise à jour à 14:49

Source: Le Vif

(Belga) Des chercheurs russes sont revenus samedi sur de précédentes affirmations selon lesquelles ils auraient découvert un nouveau type de bactérie prélevée dans le lac Vostok, enfouie sous près de quatre kilomètres de glace dans l'Antarctique.

Sergueï Boulat, spécialiste de l'Institut de physique nucléaire de Saint-Pétersbourg (nord-ouest), avait affirmé jeudi qu'une équipe de chercheurs avait découvert l'ADN d'une bactérie ne correspondant à aucune espèce répertoriée dans les bases de données internationales. Mais le directeur du laboratoire génétique de cet institut, Vladimir Korolev, a indiqué samedi que ces substances étaient en réalité des polluants (micro-organismes). "Nous avons découvert certains échantillons en petit nombre. Tous se sont révélés être des polluants" arrivés à cette profondeur avec les chercheurs au cours de leurs travaux, a expliqué M. Korolev à l'agence Interfax. "C'est la raison pour laquelle nous ne pouvons pas dire que des formes de vie jusqu'ici inconnues ont été découvertes", a-t-il souligné. Après deux décennies de forage, une équipe russe a réussi à atteindre en février 2012 le lac Vostok, situé dans l'un des endroits les plus inaccessibles de la Terre, à 3.769,3 mètres de profondeur. Les scientifiques y ont effectué une série de prélèvements, et de nouveaux échantillons d'eau gelée issus de ce lac doivent être récupérés en mai. Cette année ou la suivante, les scientifiques russes envisagent d'atteindre le fond du lac Vostok, dont la profondeur de l'eau en dessous du trou de forage est estimée à 600-700 mètres. L'eau du lac Vostok, grand comme le lac Ontario, est restée liquide grâce au réchauffement géothermique et à l'isolation par la couverture de la glace. (BAJ)

Nos partenaires