Pas de boursiers des pays en développement dans les universités belges à la rentrée 2013

18/06/13 à 14:21 - Mise à jour à 14:21

Source: Le Vif

(Belga) Aucun boursier venant de pays en développement ne pourra suivre les cours des universités belges à la rentrée 2013. Le gouvernement fédéral a débloqué 67% du budget, de 31 millions d'euros, destiné au volet universitaire de la Coopération belge au développement, laissant le reste à charge des Communautés via les compétences "usurpées". 67%, c'est trop peu pour pouvoir mener à bien les projets de la Commission universitaire pour le développement (CUD), dénonce celle-ci mardi dans un communiqué.

Il n'y aura donc probablement pas d'étudiants boursiers issus des pays en développement à la rentrée 2013. Cette situation engendre plusieurs manques à gagner. "D'abord pour les boursiers eux-mêmes, qui se sont investis dans ce projet. Pour eux, c'est une perte sèche. Mais c'est également une perte pour les universités, puisque ces programmes participent au rayonnement international de nos universités. Enfin, c'est une perte de crédibilité pour l'institution de coopération. Ca fait une mauvaise publicité, non seulement pour nous, mais aussi pour l'image de la Belgique", déclare Murielle Andersson, secrétaire générale ad interim de la CUD. Le tiers restant ne sera pas libéré si les entités fédérées ne trouvent pas d'accord sur la question des compétences dites "usurpées". "Il faudrait qu'un accord soit pris avant fin juin et on pourrait faire venir les boursiers", explique Murielle Andersson. "Si les budgets restent imprévisibles comme ça, la situation sera encore plus nébuleuse en 2014 que cette année", conclut la secrétaire générale, qui plaide pour que ce budget reste au fédéral. (Belga)

Nos partenaires